Lexique de géologie sédimentaire

ABC DEF GHI JKL MNO PQR STU VWXYZ


A

Agglomérat (LYELL, 1831): assemblage chaotique de débris anguleux, ( > 2 cm) cimentés, de matériaux volcaniques ( = brèche volcanique).

Albâtre: ce terme désigne deux variétés de pierres ornementales : a) masse finement grenue de gypse, ressemblant au marbre de Carrare. (Syn.: alabastrite, albâtre gypseux) ; b) variété d'onyx calcaire des auteurs anciens. (Syn.: albâtre calcaire, albâtre oriental, albâtre égyptien, marbre onyx).

Alios (mot gascon): grès brun et noirâtre à ciment d'oxyde de fer et de matière organique, représentant généralement le niveau d'illuviation, imperméable, d'un profil podzolique. Syn.: bétain, grenailles, grepp, grison, orstein (All.).

Alun: groupe de minéraux résultant généralement de l'altération de schistes riches en pyrite, par l'action de solutions sulfuriques sur des silicates de potassium et d'aluminium. L'alun était utilisé autrefois pour fixer les teintures. La formule de l'alun potassique est: KAl(S04)2.12H2O

Alvéolaire (structure): c'est une des structures des paléosols. Il s'agit de septes micritiques arqués de quelques centaines de µm de long, développés dans des cavités, généralement des racines.

Ambre: résine fossile d'origine végétale, transformée au cours de la fossilisation en une masse transparente à translucide, à éclat résineux et à cassure conchoïdale de couleur jaune, parfois brunâtre ou rougeâtre (Dr = 2-2,5 et Ds = 1,1), C10H16O (syn.: succin). Ne pas confondre l'ambre jaune que l'on trouve associée aux roches sédimentaires avec l'ambre gris que l'on recueille, flottant sur la mer, et qui représente des concrétions intestinales de cétacés.

Ampélite (de ampelos = vigne, A. BRONGNIART, 1827): shale argileux noir, très charbonneux, chargé de pyrite en grains très fins, qui servait autrefois à l'amendement des terres à vigne. Il en existe un niveau dans le Westphalien du Synclinal de Namur : l'Ampélite de Chokier qui servit autrefois à la fabrication de l'alun de Liège (Syn.: schiste alunifère).

Anthracite (de anqraz = charbon): variété de houille à cassure brillante, parfois conchoïdale, riche en carbone ( > 90 %) brûlant sans fumée et ne tachant pas les doigts.

Anthraxolite: matière carbonée à éclat brillant et cassure conchoïdale formée par diagenèse et métamorphisme de matière carbonée dérivant probablement de produits pétroliers.

Antidune: dune formée dans des conditions d'écoulement rapide et qui se déplace dans le sens inverse du courant, par érosion de sa partie aval et sédimentation sur sa partie amont. Le tableau ci-dessous montre les relations entre vitesse du courant et type de ride.

Ardoise: voir phyllade (roche métamorphique).

Arène (du lat. arena = sable): sable grossier provenant de la désagrégation superficielle des granites et des gneiss.

Arêtes de poisson (stratifications en): structures sédimentaires formées par la superposition de rides de courant de sens opposé. Elles sont caractéristiques de la zone littorale et des chenaux de marée. (Angl: "herringbone cross bedding").

Argiles: roches terreuses, cryptocristallines essentiellement constituées de minéraux de type phyllosilicate, parmi lesquelles on distingue, pratiquement : a) des argiles plastiques ou terres glaises dont la particularité est de former une pâte lorsqu'on les imbibe d'eau. Les constituants minéraux essentiels en sont la kaolinite et l'halloysite. Elles servent surtout à la fabrication des briques et des tuiles ; b) des argiles smectiques ou terres à foulon qui possèdent des propriétés décolorantes et détergentes. Elles servent au dégraissage des laines et au raffinage des huiles. Les constituants minéraux essentiels sont les illites et les montmorillonites.

Argile à blocaux (angl. : boulder clay): diamicton d'origine glaciaire ou prédomine la phase argileuse.

Argile à silex: argile résiduelle provenant de la dissolution d'une craie à silex.

Argile grasse: argile très plastique, riche en minéraux argileux, laissant à la cuisson de nombreuses fentes de retrait. Pour éviter ce défaut, on ajoute une matière inerte (poudre de quartz) ou on choisit une argile maigre, c'est-à-dire une argile à kaolinite comportant une fraction silteuse importante.

Argile réfractaire (angl.: fire-clay): argile kaolinique très pure, utilisée pour la fabrication de la porcelaine.

Argile résiduelle: résidus insolubles de la dissolution des roches calcaires qui s'accumulent dans les parties déprimées des plateaux karstiques et dans les poches de dissolution (y compris les grottes) que l'on rencontre dans les terrains calcaires.

Argilite: terme ambigu utilisé tantôt comme synonyme de roche argileuse (Ex .: A. CAROZZI, 1953; P. BELLAIR et CH. POMMEROL, 1968) - tantôt comme synonyme d'argile indurée (G. MILLOT, 1963) - tantôt encore comme synonyme d'argile schisteuse, se fendant suivant les plans de stratification (F. RINNE, 1905), ce qui correspond au shale des auteurs anglais.

Argilolite (A. BRONGNIART, 1827): tuf rhyolitique altéré, bigarré, partiellement silicifié, associé aux coulées acides. Syn.: argilophyre (A. BRONGNIART, 1813).

Arkose (A. BRONGNIART, 1823): grès contenant plus de 25 % de feldspaths. Cf. Classification des grès.

Arrière-plage

Asphalte: produit d'oxydation des pétroles se présentant sous forme de masse solide, amorphe, noire ou brune. Soluble dans le sulfure de carbone et aisément fusible.

ATTERBERG (Echelle granulométrique d', 1905): le diamètre de base est 2 mm et les diamètres successifs forment une progression géométrique de raison 10. L'échelle des z (W.C. KRUMBEIN, 1937) est définie par la relation : z = 0,301 - log10 D, D désignant le diamètre des grains. L'échelle du pédologue suédois ATTERBERG (1846-1916) a été largement utilisée en Europe (surtout en Allemagne) et elle fut adoptée en 1927 par la Commission internationale de la science des sols.

Atoll: anneaux récifaux de quelques centaines de m de large, ceinturant une étendue d'eau marine d'une quarantaine de m de profondeur au plus appelée lagon. La couronne atollienne comprend les zones suivantes, de l'océan vers le lagon:

Auges (stratifications en): rides créées par des courants dont les surfaces limites incurvées définissent des formes en auge. (Angl.:"trough cross bedding").

 

Avant-plage

Avoine (Pierre d'): variété décalcifiée, de couleur jaune-paille, des Psammites du Condroz (Famennien). Exploitée pour la confection des bacs à acide (Villers-le-Temple, Vierset, Flône) et comme abrasif en marbrerie (Onhaye, Chaumont-Florennes et Ermeton-sur-Meuse). 


B

Backshore

Baeleghem (Pierre de): grès calcaire du Lédien (Lutétien supérieur) qui fut exploité jadis pour la construction de monuments en Belgique et aux Pays-Bas. Baeleghem est situé à 17 km à l'Ouest d'Alost.

Bafflestone

Bahamite (BEALES, 1958): 1) calcaire grenu ressemblant au dépôt qui se forme à l'heure actuelle à l'intérieur des Bahama Banks et dont la particularité est la présence de grains composites (grapestones) formés par l'agglutination de plusieurs petits grains liés par un ciment calcaire. 2) ooïde dont le cortex a subi une micritisation.

Ball and pillows: structure sédimentaire formée par déformation de sables gorgés d'eau. La base de la couche sableuse est ondulée, voire même découpée en une série de nodules séparés les uns des autres rappelant des traversins. La dimension de ces structures est variable, allant de quelques cm à plusieurs m de longueur. Leur formation pourrait être liée au passage d'ondes sismiques, favorisant un échappement de fluides et une remobilisation des sédiments. (Franç.: "pseudonodules").

Pseudonodules dans les grès famenniens de la Formation de Montfort à Arbre.

Bardiglio: marbre saccharoïde gris à odeur fétide (quand on le casse) intercalé dans le Marbre de Carrare.

Barkhane

Bassin sédimentaire: même si des sédiments peuvent se déposer pratiquement dès leur érosion, leur devenir est en général de terminer leur voyage au sein d'un bassin sédimentaire. Un bassin sédimentaire ne se forme que là où des sédiments peuvent s'accumuler. Cette évidence recouvre un concept majeur : l'accumulation des sédiments nécessite une création d'espace, résultat soit d'un enfoncement de la base du futur bassin (subsidence), soit d'une hausse du niveau marin (cours de diagenèse et dynamique des bassins).

D'une manière générale, on peut distinguer les bassins sédimentaires en fonction de leur position dans le cycle géologique : (1) les bassins sédimentaires actifs, (2) les bassins non fonctionnels (parce qu'exondés) mais peu déformés et (3) les anciens bassins, généralement fortement déformés et incomplets, intégrés dans une chaîne de montagnes.

On peut aussi les distinguer sur la base des mécanismes qui les génèrent, c.-à-d. des mécanismes responsables de leur subsidence:

L'enregistrement géologique montre que certains bassins possèdent une histoire polyphasée et peuvent passer d'un type à l'autre. C'est bien sûr le cas des rifts continentaux qui peuvent évoluer en marge passive/bassins océaniques et aussi celui des fosses océaniques/bassins d'arrière-arc/bassins d'avant-arc qui peuvent être repris dans un bassin d'avant-chaîne lors d'une collision continentale.

Bauxite (BERTHIER, 1821, d'après la localité des Baux de Provence): roche massive de teinte variable, allant du blanc au brun-rouge, constituée d'un mélange de différents oxydes et hydroxydes d'aluminium, amorphes ou cristallins: gibbsite, boehmite, diaspore,… et renfermant des impuretés: opale, hydroxyde de fer, minéraux des argiles, matière silteuse, etc… C'est en fait une latérite riche en aluminium.

Beach rock: concrétions gréseuses souvent stratifiées observées le long des plages en zone tropicale ou subtropicale. L'induration rapide des beach rocks est due à l'évaporation de l'eau en zone inter- à supratidale et à la précipitation de ciment carbonaté.

A: Beach-rock le long de la plage de Coral Bay. B: détail d'un beach-rock montrant l'incorporation de coquilles et de fragments de grès (flèche), Australie.

Bedload: ensemble des particules en mouvement par roulement, traction et saltation sur le lit d'un cours d'eau. Il s'agit généralement de galets et de sable.

Bentonite (W.C. KNIGHT, 1897, d'après la localité de Fort Benton, Montana, USA): (1) terme commercial pour désigner la montmorillonite; (2) lit argileux riche en montmorillonite issu de la diagenèse de cendres volcaniques.

Bimsstein (BOETIUS de BOOT, 1636): ponce. - Le terme est parfois utilisé pour désigner des produits artificiels, utilisés comme matériaux de construction à cause de leur légèreté.

Bindstone

Biomicrite

Biosparite

Bioturbation: ensemble des phénomènes de perturbation des sédiments par l'activité organique. On distingue:

Bioturbation et bathymétrie.

Bitume: terme ambigu: au sens vulgaire, désigne la substance hydrocarbonée servant au revêtement des chaussées et des trottoirs (dans ce cas, synonyme de goudron); au sens scientifique, désigne tous les hydrocarbures naturels libres (huiles de pétrole et asphaltes) qui sont solubles dans le sulfure de carbone, par opposition aux pyrobitumes qui ne peuvent être extraits des roches qui les contiennent (par exemple, les schistes bitumeux) que par distillation.

Bleu belge: marbre à fond noir ou bleu noir, finement veiné de calcite blanche, d'âge warnantien.

Boghead (du nom d'une localité d'Ecosse, J. QUECKET, 1853): charbon formé par l'accumulation d'algues microscopiques. Syn.: torbanite (exploitée à Torban Hill, près de Boghead).

Boulder: gros bloc de pierre arrondi par l'érosion.

BOUMA (séquence de): séquence de dépôt idéale formée par un courant de turbidité. La séquence de Bouma (1962) comprend une série de termes (A-E) dont la granulométrie est globalement décroissante. D'autres séquences ont été proposées pour des courants de turbidité moins denses que dans le modèle de Bouma.

Brèche: toute roche consolidée formée d'éléments anguleux d'assez grande taille. Il existe des brèches sédimentaires (conglomérat à débris anguleux, brèche de pente, brèche récifale) des brèches volcaniques (brèches d'explosion, d'écoulement, …), des brèches tectoniques (brèche de faille, brèche de friction), …

Brocatelle: variété de marbre dont le dessin rappelle les étoffes du même nom. Constitué en réalité de débris de coquilles jointives. Exploité principalement à Tortose (Espagne), Sienne (Italie) et Boulogne et Moulins (France).

Butte-témoin


C

Cacholong: terme mongol désignant la matière opaque, blanc mat, ressemblant à de la porcelaine, constituée d'un mélange d'opale et de calcédoine, formant la bordure de certains silex.

Calcaire à entroques: calcaire formé par l'accumulation d'entroques (articles composant la tige des crinoïdes ou encrines); syn.: calcaire encrinitique, calcaire à crinoïdes.

Calcaire ampéliteux (L. CAYEUX, 1935): Calcaire noir mat à grain fin renfermant souvent de la matière charbonneuse tachant les doigts.

Calcaire argileux: calcaire à grain fin où la matière argileuse est régulièrement disséminée dans toute la masse ou concentrée en petits flocons uniformément distribués dans la masse calcaire. Les calcaires argileux forment la transition entre les calcaires et les marnes. (L. CAYEUX, 1935).

Calcaire bitumineux: calcaire finement zonaire montrant une alternance de lits beige clair et brun foncé dont la coloration résulte d'une imprégnation variée en matières organiques que les chimistes qualifient de kérogène. Lors d'une distillation à l'abri de l'air, vers 500°C, les calcaires bitumimeux fournissent une certaine quantité d'hydrocarbures liquides, mais ils ne contiennent pas de bitume autonome qui puisse être séparé par dissolution dans du sulfure de carbone. Syn.: calcaire asphaltique. (Angl.: Oil shales).

Calcaire construit: roche calcaire qui résulte de la fixation du CaCO3, dans les squelettes d'organismes fixés, vivant en colonies sur le fond de l'eau et capables d'édifier des récifs (biohermes ou biostromes). Nombre de calcaires construits sont désignés par le nom de l'organisme prédominant: calcaire corallien ou coralligène, calcaire à polypiers, calcaire à bryozaires, calcaire algaire, etc… Syn.: calcaire récifal, boundstone, reef rock.

Calcaire coquillier: calcaire qui renferme une grande quantité de coquilles de mollusques. Syn. :+calcaire conchylien, lumachelle. Ne pas confondre ces termes lithologiques avec l'unité stratigraphique désignant le Trias moyen et appelée Muschenkalk = Conchylien.

Calcaire dur/calcaire tendre: (vocabulaire de carrier) les calcaires durs se débitent à la scie sans dents au moyen d'eau et de sable (ex : les marbres) tandis que les calcaires tendres se débitent à sec à l'aide d'une scie à dents.

Calcaire graveleux, grossier, grenu, granuleux: calcaires formés par l'agglomération de grains calcaires discernables à l'œil nu (ce qui les distingue des calcaires lithographiques dont le grain est si fin que la roche apparaît parfaitement homogène). Il n'existe malheureusement pas de limites granulométriques précises entre les différents types de calcaire, d'où un flottement inévitable dans l'application des termes d'un auteur à l'autre.

Calcaire grumeleux: dans la description de la structure grumeleuse, L. CAYEUX distingue: a) la structure d'origine secondaire qui correspond aux pseudo-allochems de R.L. FOLK et b) la structure d'origine dynamique qui s'applique aux accumulations de pellets (R.L. FOLK, 1959).

Calcaire lithographique: calcaire à grain extrêmement fin et doté d'une certaine porosité qui fut longtemps utilisé en lithographie. Le calcaire lithographique le plus célèbre est le calcaire portlandien de Solenhofen (Bavière). Syn.: calcaire cryptocristallin (L. CAYEUX, 1935, 140), calcaire microgranulaire (J. JUNG, 1958), micrite (R.L. FOLK, 1959) (calcareous) mudstone (R.J. DUNHAM, 1962).

Calcaire noduleux: calcaire argileux dans lequel la calcite s'est concrétionnée autour de certains points d'attraction durant la diagenèse. Par augmentation de la teneur en matière argileuse, on passe au calcshiste noduleux. (ALL.: Knollenkalk, Flazerkalk). Certains calcaires noduleux ont été exploités comme marbre: griotte et campan (Dévonien des Pyrénées), guillestre (Jurassique des Alpes), ammonitico-rosso (Crétacé des Apennins).

Calcaire oolithique (ou oolitique, de won = œuf): calcaire constitué par l'accumulation de petits corps sphériques de la dimension d'une tête d'épingle, appelés oolithes (oolites) et réunis par un ciment. Syn.: oomicrite, oospathite.

Calcaire pisolithique (ou pisolitique, de pisos = pois): calcaire formé par l'accumulation de grosses oolithes dont le diamètre dépasse 2 mm.

Calcaire pseudo-oolithique (J.G. BORNEMANN, 1885): calcaire constitué de pseudo-oolithes, c'est-à-dire de sphères calcaires dépourvues de structure interne (= Kryptoolith de H. LORETZ = Oolithoide de F. ZIRKEL). Il s'agit des calcaire à pellets de FOLK.

Calcaire sableux, silteux, argileux: calcaire renfermant une quantité notable (mais inférieure à 50 %) de constituants terrigènes. (Angl.: sandy-, silty-, muddy limestone).

Calcaire sapropélien: roche du Carbonifère présentant une teinte noirâtre et un aspect mat et montrant en coupe mince un pigment isotrope brun très pâle, plus ou moins finement dispersé dans la masse calcaire. Les calcaires sapropéliens sont apparentés aux calcaires bitumineux.

Calcaire siliceux: calcaire imprégné de silice (à l'état d'opale) ou envahi par une silicification secondaire.

Calcirudite, calcarénite, calcisiltite, calcilutite: calcaires détritiques dont les débris ont la dimension respective des graviers, des sables, des silts et des argiles.

Calcrete (G.W. LAMPLUGH, 1902): concrétionnement pédogénétique affectant des sols riches en carbonates. (= duricrust, caliche).

Calcschiste: terme ambigu désignant: a) un micaschiste calcitifère (+); b) une roche sédimentaire zonaire montrant une alternance régulière de minces lits calcaires et argileux (L. CAYEUX, 1935, 54); c) roche calcaire devenue plus ou moins schisteuse sous l'influence d'actions mécaniques.

Caliche: terme ambigu désignant notamment : a) des dépôts de nitrates alcalins du désert de l'Atacama (Pérou/Chili) ; b) une variété de croûte dure (cf. calcrete).

Calotte glaciaire

Campan: calcaire noduleux de teinte verte, mêlée de rouge foncé, de gris, de blanc, de rose pâle, exploité comme marbre dans la région de Campan, près de Bagnères de Bigorre (Haute-Pyrénées).

Cannel coal (= candel coal): charbon sapropélique riche en spores, compact et dur, montrant un éclat terne à cireux et une cassure conchoïdale, riche en matières volatiles, il brûle avec une longue flamme fumeuse comme une chandelle (d'où le nom). Syn.: gayet de spores (M. LEGRAYE, 1932).

Cap-rock: amas imperméable d'anhydrite, de gypse et de dolomite coiffant les dômes de sel pénétrant les terrains surincombants.

Carapace = cuirasse = croûte dure (Angl.: duricrust): terme général désignant un horizon superficiel ou supérieur d'un profil pédologique que l'on observe sous les climats semi-arides. Ces croûtes se forment par précipitation de sels déposés par des eaux minéralisées qui remontent par capillarité durant la saison sèche. On a décrit des concentrations de matière alumineuse (bauxite), ferrugineuse (latérite, ferricretes), siliceuses (silcretes), calcaire (caliche, calcrete, kunkar), etc…

Cargneule: roche pseudobréchique constituée d'un liant calcitique, imprégné d'oxydes de fer, de teinte rousse, dans lequel sont individualisés des fragments de calcaire et de dolomie noirâtre et zonaire à grain fin. Ces roches se forment au cours de la diagenèse de sédiments évaporitiques constitués de niveaux de dolomie primaire et d'anhydrite. L'augmentation de volume produite par la transformation de l'anhydrite en gypse provoque une fragmentation des niveaux interstratifiés de dolomie, de la calcite se substituant ensuite au gypse. Le terme est appliqué abusivement aux dolomies caverneuses et à de fausses brèches formées par dolomitisation incomplète d'un calcaire. Syn.: corgneule, carnieule, rauhwacke.

Caustobiolithe (H. POTONIE, 1910): terme désignant l'ensemble des roches combustibles fossiles: charbons, hydrocarbures et schistes bitumeux.

Chaille: nom donné aux concrétions siliceuses de teinte généralement claire, plus ou moins mélangées de calcaire, que l'on trouve dans les calcaires du Jurassique.

Chanel lag: conglomérat intraformationnel ou lumachelle formant la base des dépôts de chenaux.

Chapeau de fer: produit ferrigineux de l'altération superficielle surmontant un gîte métallifère sulfuré. C'est le résultat de l'oxydation des sulfures métalliques qui est suivie du lessivage du soufre et de la plupart des métaux et qui laisse subsister en surface des oxydes de fer hydratés. Syn.: gossan.

Charbon: au sens le plus général, le terme désigne les produits combustibles solides d'origine végétale (charbon de bois, charbons de terre) ou animale (noir animal, provenant de la calcination des os en vase clos), composés principalement de carbone. Pétrographiquement, les charbons sont des roches aisément combustibles (contenant plus de 50 % en poids et plus de 70 % en volume de matière carbonée) formées par compaction et induration de restes de plantes plus ou moins intensément transformées. La classification des charbons se fonde: 1) sur la nature des débris végétaux, charbons humiques (dérivés de la tourbe par humification : tourbe, lignite, houille, anthracite) ou charbons sapropéliques (dérivés de la putréfaction anaérobique de spores, d'algues ou de végétaux finement divisés: cannel coal, boghead, torbanite); 2) sur le degré de métamorphisme qui définit le rang (angl. : rank) des charbons et se traduit par un enrichissement progressif en carbone; 3) sur la teneur en matières non combustibles, responsables de la teneur en cendres des charbons.

Charge (Figure de)

Cheminées des fées

Chert: ce mot à des significations différentes d'un pays à l'autre: a) aux USA, il désigne toute roche cryptocristalline massive, constituée de calcédoine fibreuse, d'opale amorphe ou de quartz microcristallin; la cassure est esquilleuse et la couleur variable (F. J. PETTIJOHN, 1975); b) en Grande-Bretagne, le mot s'applique aux concrétions, nodules et lits siliceux intercalés dans les calcaires anté-Crétacé; c) en Belgique, le mot est réservé aux accidents siliceux en milieu calcaire pour les roches paléozoïques (les silex désignant les accidents siliceux de la craie mésozoïque); d) en France, L. CAYEUX, 1929 a remplacé le terme chert par le mot silexite, mais BELLAIR et POMEROL (1968, 130) utilisent le mot chert pour désigner les accidents siliceux en milieu siliceux. Cf. roches siliceuses.

Chott: (mot arabe) vaste dépression évaporitique en milieu désertique, générée par la déflation éolienne. (Equivalent de "playa").

Ciment: phase minérale (souvent carbonatée) précipitée après le dépôt, dans la porosité du sédiment.

Cimentation: processus diagénétique de précipitation d'une phase généralement carbonatée ou siliceuse dans les pores d'une roche.

Climbing ripple stratification: figure sédimentaire formée par l'empilement de rides de courant migrant avec accumulation continue de sédiments. (Franç.: rides montantes).

Rides montantes dans un grès du Paléozoïque inférieur, Kalbarri, Australie.

Coal ball: concrétion sphérique que l'on trouve au toit des veines de houille ou au sein de celles-ci. Ces concrétions carbonatées se sont formées avant compaction des sédiments, si bien que les débris végétaux qu'on y observe ont conservé leur structure cellulaire.

Coin de glace

Compaction: processus post-dépôt aboutissant à une réduction d'épaisseur du sédiment. On distingue la compaction mécanique par expulsion de l'eau et réorientation des grains et la compaction chimique par dissolution.

Concrétion: produit de la concentration ou de la ségrégation d'un constituant minéral mineur au sein d'une roche sédimentaire. Ex.: silex de la craie. - Terme général qui évoque avant tout le mode de formation alors que des termes comme nodule, rognon, géode définissent principalement la forme des produits de concrétionnement. - On classe les concrétions: a) d'après la période de formation en synsédimentaire, pénécontemporaine et épigénétique; b) d'après la forme externe en nodulaire ou stratiforme; c) d'après la structure interne en nodule, sphérulite, rosette, géode, etc… d) d'après la nature chimique des concrétions: siliceuse, calcaire, phosphatée, etc…

Cone-in-cone: structure sédimentaire que l'on observe habituellement au sein de lits ou de concrétions calcaires intercalées dans des couches argileuses ou schisteuses. Ces structures consistent en empilements jointifs de cônes emboîtés constitués de calcite (ou de sidérite, ou de gypse) fibreuse. L'angle apical des cônes varie entre 30 et 60°, la hauteur entre 10 et 100 mm. Syn.: beef (G.- B.), Tutenmergel, Nagelkalk (All.).

Conglomérite (WILLARD, 1930): conglomérat ayant atteint le même stade diagénétique qu'un quartzite.

Contourite: dépôt bien lité à rides de courant des fonds océaniques provenant de la redistribution par les courants de fond, de la fraction la plus fine des matériaux accumulés au pied du talus continental par les courants de turbidité.

Convolute bedding: cette structure consiste en un plissement souple accentué des lamines d'une couche sédimentaire, souvent des sables fins et silts. La liquéfaction des sédiments d'une couche hydroplastique est sans doute le facteur primordial de la formation des convolutes. Ce phénomène est fréquent dans le terme C des turbidites.

Convolute bedding dans un grès salmien du Massif de Stavelot.

Coprolithe (W. BUCKLAND, 1824, de kopros = excrément): excrément fossilisé d'animaux, riche en phosphate de calcium.

Coquin: nodule de phosphate de calcium des sables verts argileux de l'Albien des Ardennes françaises. - Ne pas confondre avec le terme anglais coquina (calcaire coquillier plus ou moins cimenté) et coquinite (calcaire coquillier compact).

Cordon littoral

Cornstone: terme anglais applicable au Vieux et au Nouveau grès rouge pour désigner des concrétions calcaires enrobées dans des marnes et passant à du calcaire noduleux.

Courant (rides de)

Crânière: terme local (Lorraine belge) désignant une accumulation de travertin ou de tuf calcaire.

Crescent marks: figures sédimentaires formées par affouillement en amont d'un obstacle et sédimentation en aval. (Franç.: figure en croissant).

Figure en croissant formée autour d'un fragment de tourbe. Verdronken Land van Saeftingen. La flèche indique le sens du courant.

Cron: terme local (Lorraine belge) désignant une accumulation de travertin ou de tuf calcaire.

Cross-stratification

Cryoclastie: dans les zones périglaciaires, où le gel joue un rôle important une grande partie de l'année, le couple gel-dégel constitue un processus important. L'action du gel-dégel sur les roches aboutit à un débitage en gros morceaux (roches macrogélives, type basalte) ou en petits morceaux (roches microgélives, type craie).

Cuesta: des successions sédimentaires faiblement inclinées, formées d'alternances de couches tendres et de couches résistantes à l'érosion peuvent donner naissance à un relief en cuestas. La cuesta comprend un front, plus ou moins abrupt, dû à l'interruption de la couche résistante, une dépression longeant le pied de l'abrupt et creusée dans les couches tendres et un revers qui correspond à peu près au dos de la couche résistante inclinée. En avant du front, il arrive que des reliefs isolés témoignent de l'ancienne extension de la formation résistante: ce sont des buttes-témoins.


D

Debris flow: écoulement gravitaire d'une boue riche en débris (galets, blocs). Ces écoulements ont l'aspect du béton frais et se mettent en mouvement lorsque de fortes pluies ont saturé d'eau leur fraction fine.

Debris flow calcaire; flysch éocène, Kotli, Istrie (Croatie).

+Deffè: argile glauconifère dérivée des marnes cénomaniennes de l'Entre-Sambre-et-Meuse.

Demoiselles coiffées: figures d'érosion développées par le ruissellement dans un dépôt hétérogène (moraine). La présence d'un bloc de roche protège de l'érosion les dépôts tendres situés en-dessous de lui.

Demoiselles coiffées dans un dépôt morainique, Théus, près de Gap (France).

Détritivore (organisme)

Diagenèse: ensemble des processus physico-chimiques qui, dans les conditions de pression et température faibles de subsurface, sont responsables de la transformation d'un sédiment en roche sédimentaire.

Diatomite: roche sédimentaire siliceuse claire, légère et poreuse, constituée presqu'exclusivement de frustules de diatomées.  La diatomite a été utilisée notamment comme abrasif et comme adsorbant dans la fabrication de dynamite.

+Dièves: terme de mineur désignant les marnes du Turonien du Basin crétacé de Mons.

Dismicrite

Dissolution: processus diagénétique de disparition d'une phase carbonatée, sulfatée ou siliceuse, aboutissant à la création de porosité.

Doline: dépression circulaire où s'infiltrent les eaux de surface dans un paysage karstique.

Dolines (flèches) dans un paysage karstique des Pyrénées.

Dolomie (même origine que le minéral dolomite, dédiée à J.D. DOLOMIEU par H.B. de SAUSSURE, 1792): roche sédimentaire carbonatée dont la composition chimique est voisine de celle du minéral dolomite. Il existe en effet beaucoup de dolomites légèrement calcitiques (< 10 %) et de calcaires légèrement dolomitiques (< 10 %), mais très peu de roches de compositions intermédiaires. - On distingue: a) des dolomites primaires (= orthodolomites), massives, caractérisées par un grain extrêmement fin (< 10m, dolomicrite, dolomie lithoïde), un fin litage, l'absence de fossiles et une association plus ou moins étroite avec des dépôts évaporitiques; b) des dolomies secondaires ou épigénétiques, provenant de la transformation métasomatique de calcaires de faciès les plus variés. Ces dolomies secondaires sont plus ou moins largement cristallines, finement cariées, mais la dolomitisation a pour effet d'oblitérer les structures primitives des calcaires. En anglais, le mot dolomite désigne à la fois le minéral et la roche, aussi SHROCK (1948) a-t-il proposé d'appeler la roche: dolostone.

Dopplérite: substance ayant l'aspect d'un gel, découverte en 1849 par DOPPLER dans les dépôts tourbeux de Bad Aussee en Autriche, environ 2 m au-dessous de la surface du marais. Cette substance perd 75 % d'eau par dessiccation et se transforme en une matière solide noire à fracture conchoïdale, insoluble dans l'eau, l'alcool et l'éther et dont la composition moyenne est: 56,5% de C, 5,5% de H, 36% de O, 2% de N.

Dragées de Carlsbad: oolithes ou pisolithes calcaires qui se forment aux griffons des sources thermales (Ex: Carlsbad, Hammam em Eskoutine (Algérie).

+Drewite : boue calcaire principalement constituée de minuscules aiguilles d'aragonite.

Drumlins: accumulation morainique façonnée par les glaciers en forme de colline allongée. La forme des drumlins permet de reconstituer le sens et la direction d'écoulement de la glace.

Drumlin dans la région de Calgary, Alberta, Canada. La flèche indique le sens d'écoulement de la glace.

Dune: au sens large, accumulation de matériel détritique, de hauteur m-dam, sous l'action du vent ou de l'eau. Au sens restreint, accumulation éolienne. On en distingue plusieurs types:

Types de dunes; les flèches bleues indiquent la direction des vents dominants.

DUNHAM (classification des roches calcaires selon DUNHAM, 1962 et EMBRY & KLOVAN, 1972). Cette classification est basée essentiellement sur la texture de la roche et sur le type de phase de liaison entre les grains (matrice ou ciment). Les différents termes de la classification sont ensuite combinés avec les noms des types de grains les plus abondants, pour obtenir des termes descriptif du genre "wackestone à ostracodes", "grainstone à oolithes", etc. On a:

- avec matrice micritique:

- avec ciment sparitique:

- "boundstones", constructions récifales, c'est-à-dire roches dont les éléments étaient liés d'une manière ou d'une autre dès le dépôt:

- contenant plus de 10% d'éléments > 2 mm:

 


E

Ecoulement gravitaire: phénomène de transport où les particules sédimentaires sont en suspension dans un fluide, mais où le mouvement de ces particules est dû à la gravité, non au déplacement du fluide lui-même (à la différence d'un écoulement liquide conventionnel). On distingue quatre types d'écoulements gravitaires: (1) les "grain flows", (2) les "debris flows", (3) les "fluidised sediment flows" et (4) les courants de turbidité (="turbidity currents").

Endokarst: partie souterraine d'une morphologie karstique.

Entrecroisées (stratifications): structures sédimentaires internes aux bancs. Les stratifications entrecroisées (Angl.:"cross-stratifications") sont obliques par rapport au pendage moyen de la surface de stratification et se recoupent mutuellement. Elles sont générées par la migration latérale de formes sédimentaires avec dépôt de matériel détritique.

Erg: désert caractérisé par des dunes éoliennes.

Eskers

Estran

Evaporite (= dépôt salin): sédiment résultant de la précipitation chimique de sels dans des eaux sursaturées d'origine généralement marine, plus rarement d'origine lacustre, à la suite d'une forte évaporation en climat aride. Les principaux sels précités sont des sulfates (gypse, anhydrite), des chlorures (halite, sylvite, carnallite), des carbonates (aragonite, dolomite, magnésite), plus rarement des nitrates et des borates.

Exokarst: partie aérienne d'une morphologie karstique.


F

Falaise

Falun: sable riche en coquilles, et par conséquent riche en calcaire, que l'on utilise pour l'amendement des terres de culture.

Festons (stratifications en): ces structures d'échelle dm à m se présentent sous la forme d'unités comblant des dépressions. La courbure des lamines augmente du centre vers les bords de la dépression. Lorsque plusieurs de ces unités s'empilent en s'érodant mutuellement, on parle de festons. Ces structures sont généralement le résultat du creusement de chenaux et de leur comblement progressif, puis de l'érosion d'un nouveau chenal et ainsi de suite. La forme en feston s'observe dans une coupe perpendiculaire à la direction moyenne du courant. (Angl.: "festoon cross bedding").

Figures de charge: ce sont des figures généralement préservées à la surface inférieure des couches sableuses, lorsqu'elles sont superposées à des matériaux argileux hydroplastiques. Les formes sont variées, depuis de simples déformations locales jusqu'à des protubérances encore solidaires de la couche sableuse ou même complètement détachées. A l'origine de ces déformations, on note surtout une charge de recouvrement inégalement répartie: le comblement de figures d'érosion, des rides ou la création d'une interface ondulée suite à la propagation d'une onde sismique. (Angl.: "load casts").

A: figures de charge formées par du grès dans une siltite; B: développement expérimental de figures de charge à l'interface d'une couche sableuse (claire) et argileuse (sombre).

Figures de traction

Figures en croissant

 Flammes (structures en): ("flame structures"): il s'agit de figures relativement régulières, résultant de l'injection d'un matériau fin (argile, silt) dans une couche sableuse. Les "flammes" ainsi créées montrent souvent une orientation d'ensemble. Ces structures pourraient être produites par un phénomène de surcharge et traction suite au passage d'un tsunami.

Structures en flammes dans une couche de sable fin entre deux niveaux de sable grossier. Ces sédiments ont été mis en place par le tsunami de 2004 dans l'Océan Indien. La première couche de sable correspond à un dépôt par une première vague; la couche de sédiment plus fin au retrait de la première vague et la dernière couche de sable correspond à une deuxième vague. Cette deuxième vague a provoqué la formation des structures en flammes par traction. L'orientation des flammes (vers la droite sur la figure), correspond au sens du courant.

Fjord: les fjords sont les parties terminales d’anciennes vallées glaciaires envahies par la mer à la suite du relèvement du niveau des océans.

Flagstone: terme commercial anglais pour désigner des dalles de grès servant à carreler. Le terme s'applique aux Psammites du Condroz, parfois appelés Grès de Meuse.

Flaser bedding: ces structures sont engendrées par l'alternance de sédiments fins (argile) et plus grossiers (sable, silt). Les flasers peuvent être décris comme des rides sableuses ou silteuses entre lesquelles se déposent des sédiments fins: les drapages argileux sont préservés dans les creux et en partie sur les crêtes. Ces structures sédimentaires se forment dans des environnements littoraux où des périodes de calme alternent avec des périodes où l'action des vagues ou des courants se manifeste.

Flèche littorale

Floatstone

Fluidised sediment flows: ce type d'écoulement gravitaire est constitué de grains maintenus en suspension par un excès de pression du fluide intergranulaire. Les fluidised sediment flows demeurent en mouvement aussi longtemps que cet excès de pression est maintenu.

Flute casts: structures sédimentaires formées à la surface des bancs par affouillement du fond par des courants (vortex). Elles sont reconnaissables par leur forme oblongue, allongée ou triangulaire dont la "queue" indique le sens du courant.

Moulage de flute casts sur la face inférieure d'un banc. Les courants viennent de la droite.

Flysch: mot dialectal de la Suisse allemande désignant des terrains qui glissent (introduit en géologie par B. STUDER, 1827). En géologie alpine, le mot désigne un faciès lithologique caractérisé par de fortes épaisseurs de petits bancs alternativement gréseux et silteux, présentant fréquemment, mais pas toujours, les caractères minéralogiques et structuraux des grauwackes et les figures sédimentaires (grano-classement, load-casts, etc…) propres aux dépôts liés aux courants de turbidité. Ces dépôts représentent les produits de la destruction des cordillères qui émergeaient dans la fosse géosynclinale alpine. - En géologie sédimentaire, à la suite de W.A.J.M. van WATERSCHOOT van der GRACHT (1931), on appelle flysch tout dépôt de même origine formé à un stade équivalent du cycle orogénique (stade pré-orogénique).

FOLK (classification des calcaires, 1959): On considère que les constituants majeurs des calcaires sont:

- les "allochems" (grains, corpuscules, éléments figurés) incluant:

- la matrice (micrite);

- le ciment (sparite).

Les appelations obtenues par combinaison d'un préfixe (intra-, pel-, oo-, bio-) et d'un suffixe (-micrite ou -sparite) peuvent être complétées par l'adjonction du terme "rudite" pour les grains dont la taille est supérieure à 4 mm (exemple: "biosparrudite" décrit un calcaire à grands bioclastes ou fossiles cimentés par de la sparite).

Foreshore

+Fortes-toises: terme de mineur désignant, dans le Bassin de Mons, des marnes blanchâtres chargées de concrétions siliceuses.

Framestone

Freestone: terme commercial anglais pour désigner des grès, mais aussi des calcaires, en gros bancs ne comportant pratiquement pas de plans de division et convenant bien pour faire des pierres de construction.

FUCHTBAUER (échelle de, 1959): échelle permettant l'évaluation du degré de classement d'un sédiment.

Furrows


G

Gaize: roche légère et poreuse à grain fin, de teinte gris-vert devenant plus sombre en s'hydratant. Ce sont des grès glauconifères à spicules d'éponge et à ciment d'opale qui peuvent passer à de véritables spongolithes par prolifération des spicules. Les meules du Crétacé et les tuffeaux du Landénien belge sont des gaizes.

+Ganister : (localité du Yorkshire): quartzite très pur du Carbonifère supérieur utilisé pour le revêtement des convertisseurs Bessmer. Syn.: gannister.

Gassi

Gayet: charbon homogène, non zoné, à cassure généralement conchoïdale, pouvant constituer tout ou partie de l'épaisseur d'une couche et représentant du charbon sapropélique, M. LEGRAYE (1932) distingue des gayets d'algues (Boghead), des gayets de spores (Cannel coal) et des gayets de débris (Pseudo-cannel coal).

Gélifraction

Giallo (italien: jaune): marbre jaune utilisé par les anciens grecs et romains: giallo antico (jaune antique), giallo e nero (jaune et noir).

Glaciers: accumulations de glace résultant de la compaction de la neige. On peut distinguer cinq types de glacier:

Glaciaire (paysage): processus d'érosion (érosion glaciaire) et d'accumulation (moraines) donnent naissance aux paysages glaciaires:

bloc-diagramme d'une vallée glaciaire. E: épaulement correspondant à une glaciation antérieure, avec roches moutonnées; Au: vallée en auge; C: crêtes; V: verrou glaciaire; Ci: cirques.

Glaebules: ovoïdes millimétriques de micrite (pellet) fréquents dans les paléosols en milieu carbonaté. Leur origine peut être très diverse: fragmentation d'horizons micritiques par des microfractures courbes, micritisation de grains carbonatés, calcification de pellets fécaux, activité microbienne.

+Glaise: argile plastique. Syn.: terre glaise.

Glissement en masse: déplacement de matériaux rocheux sous l'effet de la gravité. Dans ce type de processus, les fluides ne jouent qu'un rôle mineur, par leur effet lubrifiant à la base des unités transportées. Ces processus déplacent des masses considérables de sols et débris rocheux sur des distances courtes (de l'ordre du km). Leur impact sédimentaire est pourtant important, car ils mettent les matériaux mobilisés à la disposition du système fluviatile.

Gobertange (Pierre de): calcaire gréseux, gris clair, parfois veiné de minces filets discontinus d'un calcaire blanc crayeux à grain fin, d'âge Lutétien (Bruxellien). Exploité à Gobertange (Jodoigne) et utilisé sur une grande échelle pour la construction des vieux monuments du Brabant.

Gours: retenue d’eau bordée d’un trottoir de calcite (forme karstique).

Gouttières d'érosion

Grain flow: écoulement gravitaire où les particules sont maintenues en mouvement par des forces dispersives dues aux multiples collisions entre les grains. L'air (l'eau) n'agit que comme un lubrifiant mais ne propulse pas les grains.

Grainstone

Grand Incarnat: variété de marbre italien de couleur rouge-chair (Ital.: incarnato).

Granule: terme ambigu qui désigne en français un petit grain et aux Etats-Unis un gros grain (2 à 4 mm, WENTWORTH, 1922).

Grauwacke (angl.: greywacke, graywacke): terme emprunté au vocabulaire des mineurs du Harz (dès 1780) pour désigner un grès gris à gris-vert. Le terme a comporté une signification stratigraphique jusqu'à la fin du 19e siècle: grès du Paléozoïque inférieur. Il a été redéfini au cours du 20e siècle, avec des sens contradictoires: en Ardenne: grès dévonien, riche en coquilles dissoutes = grauwacke de décalcification (A. de LAPPARENT, 1906) - grès riche en débris de roches ignées basiques (A.H. FAY, 1920) - grès à structure empâtée = wacke (F.J. PETTIJOHN, 1949) - grès à débris de roches = grès lithique (P.D. KRYNINE, 1948) - grès granoclassé, caractéristique du faciès flysch (KUENEN et MIGGLIORINI, 1950). Cf. Classification des grès.

Grauwackoïde, subgrauwackoïde: qualificatifs ambigus (v.: subgraywacke), introduit par P. MICHOT, 1953 pour traduire la proportion de débris de roche dans un grès (0 à 25 %: psammite subgrauwackoïde; 25 à 50 %: psammite grauwackoïde; 50 à 100 %: microconglomérat grauwackoïde).

Grès calcaire: grès à ciment calcaire.

Grès cristallisé de Fontainebleau: gros cristaux de calcite, de forme {4041} trouvés dans les sables tertiaires de Nemours et de Fontainebleau (France) et dont la particularité est d'englober poecilitiquement des grains de quartz en proportions importantes (50 à 83 %).

+Grès fistuleux: concrétions gréseuses de formes irrégulières que l'on observe au sein des sables bruxelliens. Syn.: pierre de grotte, grès lustré (à cause de l'éclat brillant sur les cassures fraîches de ces grès siliceux).

Grésoschiste (P. MICHOT, 19523): grès à structure empâtée = wacke.

Grès quartzeux: grès à ciment siliceux formé de quartz microgrenu.

Grès-quartzite: grès dont les grains de quartz présentent des auréoles d'accroissement = grès à structure quartzitique.

Grès siliceux: grès à ciment siliceux parmi lesquels, on distingue: grès quartzeux, grès opalifère, grès calcédonieux.

Grèze: brèche à fragments anguleux à peine émoussés, fréquente dans les régions actuellement tempérées, au-dessus des roches calcaires, ou à leur pied, et résultant de leur fissuration et fragmentation par le gel, lors des périodes froides du Quaternaire.

Griotte: calcaire noduleux à goniatites du Frasnien des Pyrénées, de couleur rouge foncé contenant des nodules plus clairs de même ton. Exploité comme marbre depuis le 18e siècle.

Grit : terme anglais qui désigne un grès à gros grains anguleux.

Groove marks: ce sont des rainures creusées dans le sédiment sous-jacent par des objets traînés sur le fond par les courants, voire par des icebergs. Ils se présentent sous la forme de crêtes rectilignes, étroites et allongées de quelques mm à plusieurs dizaines de cm, souvent parallèles entre elles. Ce sont de bons indicateurs de la direction des courants (mais pas de leur sens). (Franç.: figures de traction ).

Tool marks et groove marks dans un grès fin. Flysch éocène, Kotli, Istrie (Croatie).

Guano: dépôt de phosphate de chaux formé par le lessivage d'excréments d'oiseaux accumulés dans les régions arides. Utilisé comme engrais.

Gutter casts


H

Hardpan: terme général désignant un horizon superficiel ou supérieur d'un profil de sol relativement dur, imperméable, souvent argileux, résultant de la cimentation des particules du sol par précipitation de matériaux relativement insolubles (silice, oxyde de fer, calcaire, matière organique) et offrant une très grande résistance au labourage, empêchant la pénétration des racines et la remontée de l'eau des nappes. Ex.: lime pan, iron pan, orstein, claypan, fragipan, etc…

Herringbone crossbedding

HJULSTROM (diagramme de): ce graphe (essentiellement basé sur des expériences en laboratoire) montre la vitesse minimale d'un courant nécessaire pour mobiliser, transporter et déposer des grains de quartz de granulométrie variable.

Horn

Houille: roche compacte noire, très légère (1,4) normalement litée et montrant des lits alternativement mats et brillants. Elle se débite souvent suivant un réseau de diaclases mais sa cassure peut être irrégulière ou conchoïdale. La houille est le charbon humique le plus abondant, aussi confond-on souvent houille et charbon. Angl .: bituminous coal.

Humocky cross stratification: ces stratifications entrecroisées, généralement à l'échelle du mètre, sont caractérisées par de larges ondulations, faiblement inclinées (souvent moins de 15°). Les lamines peuvent être suivies de manière continue dans les dépressions et sur les mamelons. Elles se recoupent avec un angle faible et en montrant des phénomènes d'onlapping. Le sédiment est un sable fin bien trié. Ce type de stratification entrecroisée est généré par des vagues de tempête en milieu de plate-forme (tempestites), dans un régime d'écoulement intermédiaire entre la formation des rides et celle des stratifications planes. (Franç.: stratifications en mamelons).

Stratifications en mamelons ou hummocky cross stratification.

Hyaloclastite: dépôt volcano-sédimentaire formé par la fragmentation d'un verre volcanique en contact avec l'eau.

Hyperpicnite: type assez particulier de dépôt de courant de turbidité, résultant de phénomènes de crue dans des rivières débouchant sur l'océan. A l'inverse des turbidites de type Bouma, les hyperpycnites présentent souvent une unité granocroissante (silt-> sable) surmontée d'une unité granodécroissante (sable-> silt). En effet, durant le début de la crue, la vitesse du courant augmente ainsi que la charge transportée, alors qu'elle décroît après le pic de crue. Les structures sédimentaires les plus courantes sont les laminations planes parallèles, les laminations entrecroisées de rides de courant et surtout les laminations montantes (car la charge sédimentaire déposée est très importante). On pense actuellement que les dépôts résultant de courant de turbidité hyperpycnaux sont rapides et peuvent être très épais.


I

Ignimbrite: dépôt produit par des nuées ardentes. Celles-ci sont des nuages d'un mélange de tephra chauds (fragments de verre, cristaux et débris lithiques) et de gaz, se propageant sous l'effet de la gravité. D'un point de vue textural, les ignimbrites montrent une grande variété de granulométrie, les éléments les plus grossiers étant généralement concentrés vers le haut. Une des caractéristiques importantes des ignimbrites est la présence de grains soudés par la chaleur dans leur partie la plus interne et le caractère plan de la surface supérieure des dépôts.

Impact (figure d'): ce sont des empreintes formées par des objets transportés par les courants venant épisodiquement en contact avec le fond (objets en saltation). Ces objets peuvent être des fragments de sédiment ou des tests d'organismes. (Angl.:"tool marks"). 

Infratidale (zone)

Injections clastiques

Inlandsis

Inselberg: relief isolé, entouré d'un cône d'éboulis, typique des paysages désertiques.

Intertidale (zone)

Intramicrite

Intrasparite


J

Jais: variété de lignite fibreuse et dure, d'un noir luisant qu'on peut tailler et polir en bijoux de deuil. Syn.: jayet, gagate, pierre de Gages.

Jaspe: roche siliceuse dense, cryptocristalline, opaque à légèrement translucide, contenant des impuretés d'oxydes de fer responsable de la coloration rouge, rouge-brun ou brun-jaune. Cette roche siliceuse dérive de la silicification d'une vase à radiolaires.

Jaspilite: roche zonaire formée d'une alternance de lits de jaspe et d'oxydes de fer.


K

Karst: les formes d'érosion qui résultent de la dissolution de roches (surtout calcaires) par les eaux douces reçoivent le nom de "morphologie karstique" d'après une région de la Croatie. Les différents éléments d'un paysage karstique sont schématisés ci-dessous:

Les formes aériennes (exokarst) comprennent les canyons et avens, résultant de l'effondrement du toit de galeries et de salles proches de la surface, les dolines, dépressions circulaires où s'infiltrent les eaux de surface, les ouvalas, résultant de la coalescence de plusieurs dolines, les poljés, plaines karstiques endoréiques où s'observent des reliefs résiduels ou mogotes. Dans les formes souterraines, on distingue la partie fossile du réseau, dénoyée, de la partie active où s'écoulent les rivières souterraines.

Kettle

Kieselguhr: boue à diatomées.

Kuckersite (de Kuckers, Estonie, M.D. ZALESSKY, 1916): schistes bitumineux d'âge silurien.


L

Lahar: ce sont des mudflows constitués d'une majorité de matériel volcanique. Ils se forment lorsque des dépôts pyroclastiques non consolidés sont mis en mouvement sur le flanc d'un volcan suite à de fortes pluies ou lors d'une éruption sous-glaciaire

Laminite (A. LOMBARD, 1963): 1) roche détritique à grain très fin et très finement litée que l'on trouve en association avec les turbidites du flysch alpin suisse. 2) Calcaire zonaire ou laminaire.

Lapiez: figures de dissolution provoquées par le ruissellement en terrain calcaire. Elles suivent la ligne de plus grande pente.

Lapiez, Fitzroy, Australie.

Latérite (de Later = brique, F. BUCHANAN, 1807): matériau ferruginisé à morphologie vésiculaire, non stratifié, situé à faible profondeur dans les sols intertropicaux et dont la particularité est de durcir à l'air, ce qui le fait utiliser comme brique dans la région de Malabar (Inde). - Le terme a été étendu aux horizons ferrugineux déjà indurés dans le sol, c'est-à-dire aux cuirasses ferrugineuses. - Les latérites sont parfois définies chimiquement par un rapport SiO2/Al2O3 < 1,33 (MARTIN & DOYNE, 1927). Les latérites sont à peu près dépourvues de bases et de silicates primaires, mais elles peuvent contenir de grandes quantités de quartz et de kaolinite. On a proposé des définitions pédologiques mais la tendance est d'abandonner le terme au profit de néologismes comme ferralite (G.W. ROBINSON, 1949), ou Latosol (C.E. KELLOG, 1949) ou encore kaolisol (C. SYS, 1958).

Lenticular bedding: les stratifications lenticulaires sont des dépôts essentiellement argileux dans lesquelles sont conservées des lentilles sableuses. Ces structures sédimentaires se forment dans des environnements de littoraux où des périodes de calme alternent avec des périodes où l'action des vagues ou des courants se manifeste.

Lignite: combustible plus ou moins compact constitué par l'accumulation de végétaux dont la nature reste bien identifiable. Elle colore en brun une solution bouillante à 10 % de NaOH ou KOH. On distingue en général 1) du lignite brun (All. Braunkohle): assez compact, à cassure terreuse, se délitant facilement et montrant des espèces de fissures de dessication; 2) du lignite noir (Angl.: Sub-bituminous coal), plus compact que le lignite brun et montrant une cassure conchoïdale plus ou moins brillante.

Linéations primaires de courant: ce sont des traînées allongées de quelques mm de large et quelques dm de long présentes sur la surface supérieure des bancs. Elles sont en général séparées les unes des autres d'un cm au plus. Elles correspondent à une orientation préférentielle de l'allongement des grains parallèlement au courant et se mettent en place généralement sur des sédiments à lamination plane (écoulement rapide). (Angl.:"parting lineations").

Linéations primaires de courant sur la plage Saint-Michel, Erquy, Bretagne.

Lithoherme: édifices récifaux découverts dans les années '70 le long de la marge orientale du "Little Bahama Bank", par des profondeurs de 600 à 700 m. Ces constructions couvrent une superficie de plusieurs milliers de km2 . Leur morphologie est grossièrement elliptique, allongée parallèlement aux courants de fond (2 à 7 cm/s), de taille variable (quelques centaines de mètres de longueur pour une cinquantaine de mètres de hauteur). Les flancs des grands édifices sont relativement abrupts, avec des pentes moyennes atteignant 20° à 30° . La surface supérieure de ces monticules apparaît très irrégulière: elle est constituée de croûtes de sédiments indurés de 10 à 30 cm d'épaisseur. La surface des lithohermes est intensément perforée par une endofaune très développée. La faune est dominée par les coraux branchus ahermatypiques Lophelia et Enallopsammia, les éponges et les crinoïdes non-érigés (Comatulidés), associés à des éponges endolithiques.

A gauche, fragment de lithoherme (Blake Plateau) montrant les nombreuses perforations affectant le sédiment. Echantillon C. Neumann; à droite, colonie de Lophelia actuelle, Atlantique nord.

+Lithomarge (BREITHAUPT, 1841): variété d'argile compacte consistant en un mélange plus ou moins pur de kaolinite et d'halloysite. Le nom est souvent appliqué par les exploitants de bauxite à la couche d'argile bariolée et poreuse, associée à la bauxite (J. JUNG, 1958).

Lithophage (organisme)

Littorale (géomorphologie): Les principaux agents de l'érosion marine sont les vagues et les courants, auxquels on peut ajouter l'action des embruns emportés par le vent (altération chimique). Le matériel sédimentaire mobilisé subit ensuite un tri granulométrique: le matériel fin est emporté vers le large ou déposé dans des zones calmes alors que le matériel grossier s'accumule à proximité de la côte. Les sédiments mis en suspension par les vagues peuvent être également transportés par les courants. La principale forme d'érosion littorale est la falaise. On distingue les falaises vives, encore battues par la mer et les falaises mortes, séparées de la mer par une zone de dépôt. Les falaises se forment par sapement à la base et éboulements par pans. Dans les formes d'accumulation, on peut distinguer le cordon littoral, construction sableuse ou graveleuse parallèle à la côte; la flèche, accumulation sableuse détachée de la plage et isolant éventuellement une zone d'eau plus calme (lagune); et le tombolo, cordon sableux ou graveleux construit par la mer entre une île et la plage.

A: Flèche sableuse aux Sables d'Or et B: tombolo derrière l'ilôt Saint-Michel (Bretagne).

Littoral (zonation bathymétrique): cette zonation est basée principalement sur l'action des marées et des vagues. On distingue ainsi l'arrière-plage (backshore) ou encore la zone supratidale, au-dessus du niveau moyen de la marée haute, l'estran (foreshore) ou zone intertidale, correspondant à la zone de balancement des marées, l'avant-plage (shoreface) ou zone infratidale, en dessous du niveau des basses mers. La frontière entre l'avant-plage et le large (offshore) est définie par la limite d'action des vagues de beau temps.

Zonation bathymétrique du littoral et de la plate-forme continentale. HMM=hautes mers moyennes; BMM=basses mers moyennes.

Load casts

Lobe de méandre

Loférite (de Lofer, Autriche, A.G. FISCHER, 1964): roche carbonatée criblée de petites cavités à remplissage de calcite. Syn.: dismicrite, calcaire à bird's eye. Souvent interprété comme d'origine intertidale.

Lydienne: roche siliceuse finement cristalline, cherteuse, noire-violacée, utilisée à cause de sa dureté et de sa couleur pour tester la pureté des métaux précieux et la composition des alliages. Syn.: Lydite, pierre Lydienne, pierre de touche, basanite (basanos =pierre de touche, A. BRONGNIART, 1813).


M

Macigno (A. BRONGNIART, 1827): terme d'origine italienne signifiant meule et désignant dans les Apennins du Nord une formation comportant principalement des grauwackes granoclassées de faciès flysch; le mot a été utilisé abusivement par les géologues de l'Ardenne pour désigner des grès à grain fin, argilo-micacé, à ciment calcaire du Strunien, du Famennien (Fm. de Souverain-Pré) et du Givétien (Fm. du Roux) et même pour des grès à ciment calcaire, passant au calcaire sableux du Jurassique: Macignos d'Aubange et de Messancy.

Malthe: bitume pâteux.

Mamelons (stratifications en)

Marbre de Carrare: marbre statuaire compact, blanc de neige, exploité depuis la plus haute antiquité dans la région de Serravezza et de Massa (Toscane). Le marbre de Carrare forme des lentilles dans le bianco chiaro ordinario qui est un calcaire du Trias.

Marbre de Paros: marbre blanc ou légèrement jaunâtre, à gros grains, translucide mais souvent traversé par des veines micacées. Exploité dans l'antiquité pour la statuaire dans l'île de Paros (Cyclades), près de Marmara.

Marbre Florence: marbre gris à fond clair, constitué de stromatopores lamellaires, mêlés de polypiers branchus (Favosites, Hexagonaria). Exploité dans le Frasnien (Formation de Lustin) au flanc Nord du Synclinorium de Dinant.

Marbres noirs: calcaires compacts, à grain fin, de teinte noire uniforme, qui furent exploités comme marbre à différents niveaux du Paléozoïque de Belgique: Marbre noir de Dinant (Viséen inférieur: V1a de la carte géologique), Marbre noir de Basècles (Viséen moyen), Marbre noir de Golzine ou de Mazy (Frasnien: From de la carte géologique). Le marbre noir de Golzine est toujours exploité.

Marbres rouges

Marbre Sainte-Anne: calcaires construits à fond noir sur lequel les organismes se détachent en gris (Frasnien: Formation du Pont de la Folle).

Marno-calcaires: terme lithostratigraphique désignant des alternances régulières de bancs de marnes et de calcaires du Jurassique.

Marques de ruissellement

Mégaride: structures sédimentaires de taille relativement importante (échelle du m-dam en coupe transversale), peuvant atteindre plusieurs centaines de m d'extension horizontale. Leur surface est porteuse de petites rides et elles se caractérisent par de grandes stratifications obliques dues à leur déplacement latéral. Ces structures s'observent sur les plates-formes (bancs de sable) et dans le lit des fleuves. Syn.: dunes.

Mégarides dans l'estuaire de la Somme, en France.

Ménilite (de Ménilmontant, Paris; DOLOMIEU, 1797): variété de silex gris, brun ou chocolat que l'on trouve dans les marnes gypseuses du Ludien de la région parisienne.

Meule: terme de mineur du Bassin de Mons pour désigner des formations relativement dures de la base du Crétacé: la Meule de Bernissart est une formation lithologique d'âge Cénomanien comportant du calcaire gréseux glauconifère, gris, à fossiles dissous et comportant à la base des galets roulés de chert; - la meule de Bracquegnies est un grès glauconifère d'âge Albien, à ciment d'opale, riche en coquilles à remplissage calcédonieux.

Meulière (pierre à meule): calcaire lacustre qui a subi une silicification hâtive incomplète, suivie d'une décalcification qui confère à la roche un aspect carrié et vacuolaire. Deux niveaux importants sont connus dans le Bassin de Paris: la meulière de Brie (Sannoisien) et la meulière de Beauce (Chattien).

Microgrès: terme de terrain désignant des roches de la gamme des grès à grain fin et des siltstones qui affleurent en bancs épais ou moyens. (Terme employé de préférence à schiste gréseux ou grès argileux). Dans la classification de P. MICHOT (1958), le préfixe micro- est réservé aux roches détriques dont les grains sont compris dans l'intervalle 60 à 20µ.

Micrite: boue carbonatée microcristalline (<4 µm) existant au moment du dépôt d'un sédiment calcaire, souvent opposée au "ciment" qui précipite entre les grains. Par la suite, après le dépôt et durant la diagenèse, la micrite peut recristalliser ("néomorphisme") avec augmentation de la taille des cristaux: on obtient ainsi du "microspar" (4-10 µm) ou du "pseudospar" (10-50 µm).

Minette: terme ambigu désignant à la fois une roche magmatique de faciès lamprophyrique, essentiellement constituée d'orthose et de biotite (M. VOLTZ, 1828) et un minerais de fer sédimentaire, oolithique du Jurassique moyen de Lorraine (E. de BEAUMONT, 1822).

Mogotes

Molasse (G. de RAZUMOWSKI, 1789): grès grossier tendre durcissant à l'air et utilisé pour la construction. Les molasses sont des sédiments tertiaires déposés au pied de la chaîne alpine: ce sont des grès à ciment calcaire, pouvant se charger de feldspaths ou de débris de roche (au point de mériter l'appelation d'arkose ou de grauwacke) ou de débris de coquilles (au point de mériter l'appelation de calcaire organo-détritique). - Le terme molasse possède aussi une implication tectono-stratigraphique et s'applique souvent à des sédiments divers, surtout arkosiques et conglomératiques, formés durant -et immédiatement après- la phase tectonique du cycle diastrophique de P.D. KRYNINE. Syn.: mollasse.

Mollisol

Moraine: matériaux entraînés et déposés par un glacier. Il s'agit de matériaux mal triés (=l'argile à blocaux). On distingue les moraines de fond, les moraines latérales, sur les bords de la vallée glaciaire, la moraine frontale, formant une colline en croissant concave vers l'amont et marquant la limite maximale d'une avancée glaciaire. Les moraines de fond peuvent donner naissance à des collines allongées de quelques centaines de mètres suivant l'écoulement de la glace, nommées drumlins. La reprise par les eaux courantes des matériaux glaciaires donne des dépôts mixtes fluvio-glaciaires, dont par exemple les eskers, collines serpentiformes représentant les dépôts des torrents sous-glaciaires et les sandurs qui sont les cônes de déjection des inlandsis.

Moutonnées (roches): formes d'érosion laissées par le passage d'un glacier. On y reconnaît fréquemment des stries glaciaires, marques dues à la présence de blocs durs enchassés dans la glace.

A: stries glaciaires sur une roche usée par l'action d'un glacier, vallée du Marcadeau; B: roches moutonnées, Pont d'Espagne (France).

Mudflow: ce sont des écoulements de boue sous l'action de la gravité. Si cette boue contient de gros éléments (galets, blocs), on parle alors de debris flow. Ces écoulements gravitaires ont l'aspect du béton frais et se mettent en mouvement lorsque de fortes pluies ont saturé d'eau leur fraction fine.

Mudstone


N

Naphte: terme désuet pour pétrole. Le mot s'applique au produit de distillation des pétroles, de densité comprise entre 0,67 et 0,72 que l'on emploie comme combustible, dissolvant ou dégraisseur.

Neptunien (dyke ou sill): ce sont des unités sableuses recoupant suivant des angles variés d'autres corps sédimentaires et résultant de l'injection de matériel détritique plus ou moins liquéfié. Cette injection peut se faire vers le haut à partir d'une couche sableuse inférieure (suite à une surpression hydrostatique) ou vers le bas suite à la gravité. L'extension des dykes peut atteindre une centaine de m depuis le corps nourricier. Les épontes sont généralement nettes et tranchées.injections clastiques. (Franç.: "injections clastiques").

Nodule: concrétion dépourvue de structure interne.

Novaculite (FRONDEL 1962): roche siliceuse massive ou mal stratifiée de teinte blanchâtre. Le grain est très fin et la roche est exclusivement constituée de microquartz. Utilisé à l'origine pour des roches du Paléozoïque du Texas et de l'Arkansas exploitées comme pierre à rasoir, le terme a été étendu à d'autres roches siliceuses à grain fin d'Angleterre et de Turquie.

Nunatak


O

Obliques (stratifications): structure sédimentaire dont la genèse est liée à la migration latérale de formes sédimentaires avec dépôt de matériel détritique. Citons entre autre: migration de rides, mégarides et dunes, progradation d'un front deltaïque, migration latérale de point bars dans le lit des rivières, etc. Les stratifications obliques se forment lorsque les crêtes des rides sont rectilignes.

Stratifications obliques générées par la migration de rides de courant.

Ocre: mélange naturel d'argile avec des hydroxydes et des oxydes de fer (et parfois de manganèse), donnant des colorants utilisés en peinture: ocre jaune, terre d'ombre, terre de Sienne, sanguine, ocre rouge.

Offshore

Onyx (de onux = ongle, allusion à la transparence de la matière): variété d'agate à zonage plan, utilisé pour la fabrication des camées.

Ooïde (A.L. HACQUAERT, 1932): petit corps de forme sphéroïdale et de nature généralement calcaire, résultant de la précipitation bio-chimique de ciment fibreux sur un nucleus). Le terme ooïde a pris un sens générique, désignant l'ensemble des oolithes, sphérulites, bahamites.

A: grainstone à oolithes et sphérulites; la flèche montre un peu de micrite infiltrée entre les ooïdes. B: grainstone à bahamites; (petit côté des microphotos~2,5 mm).

Oolithe: petit corps sphéroïdal de nature calcaire qui s'est formé à l'état libre dans l'eau, à l'intervention de processus chimiques dominants, par dépôts successifs de substance (cortex) autour d'un noyau de nature quelconque (nucleus), qui peut ne pas être apparent. Le mot oolithe désigne à la fois les grains calcaires et la roche constituée par l'accumulation de ces grains. On a proposé, sans grand succès de distinguer les grains calcaires sous des termes particuliers: ovulite (DEVERIN, 1945), oölit (angl. : DE FORD et WALDSCHMIDT, 1946) et Ooïd (all. : KALKOWSKY, 1908) et la roche oolithique sous les noms respectifs de oolithe (Fr.), oolith (Angl.) et Oolith ou Rogenstein (All.). Dans le Bassin de Paris, le terme L'Oolithe s'applique parfois à l'ensemble du jurassique moyen, tandis que La Grande Oolithe désigne le niveau oolithique du Bathonien supérieur qui forme l'entablement du Plateau de Langres (Haute-Marne). En pétrographie des calcaires, l'oolithe est un type particulier d'ooïde dont la lamination est concentrique.

Oolithe actuelle.

Oolithe superficielle (CAROZZI, 1957): oolithe comportant un nucleus entouré d'une seule couche mince de calcite de précipitation chimique. Egalement appelé "proto-oolithe".

Oomicrite

Oosparite

Orstein: terme allemand équivalent à alios.

Oued: cours d'eau temporaire en région semi-désertique.

Ouvala: morphologie karstique résultant de la coalescence de plusieurs dolines.


P

Packstone

Palagonite: c'est un matériau amorphe, translucide, orangé, souvent observé en bordure des grains d'hyaloclastite. Il s'agit d'une altération du verre volcanique par hydratation, oxydation du fer, augmentation du K et Fe et perte de Na et Mg. La palagonite n'est pas un minéral, mais un mélange de montmorillonite et de phillipsite.

Parting lineation

Paysage glaciaire

Paysage karstique

Paysage périglaciaire

Pédogenèse: transformation d'un sédiment en sol par l'action des organismes, microorganismes et processus de dissolution-précipitation.

Pélagite: nodule de manganèse que l'on trouve sur les fonds marins.

Pélites: terme créé par A. BRONGNIART pour désigner les roches détritiques, meubles ou consolidées, dont les constituants, très fins, ne sont plus visibles à l'œil nu (ce qui les distinguent des psammites). Syn.: Lutite. - Dans l'échelle de WENTWORTH (USA), couplée avec l'échelle des f, le terme pélite s'applique aux roches dont le grain est inférieur à 62µ. (f = +4), c'est-à-dire à l'ensemble des silts et des argiles (ex. : F.J. PETTIJOHN, 1949, p.27). - Dans l'échelle d'ATTERBERG, couplée avec l'échelle des z, P. NIGGLI (1948) et V. ENGELHART (1953) appliquent le terme pélites aux roches dont le grain est inférieur à 20 µ (z = +2), c'est-à-dire à l'ensemble Schluff + Ton, mais A. CAILLIEUX (1958) qualifie de pélites les roches consolidées dont le grain est inférieur à 200µ. En Russie, le terme pélite s'applique aux roches dont le grain est inférieur à 10 µ, le terme aleurite regroupant celles dont le grain est compris entre 100 µ et 10 µ. - En l'absence d'une référence précise, le mot pélite n'a donc pas d'autres sens que roche détritique à grain très fin.

Pélito- : préfixe introduit par P. MICHOT (1953) pour désigner les roches détritiques dont la granularité est inférieure à 20µ.

Pellets: (ou pelotes, péloïdes): ovoïdes millimétriques de micrite, correspondant généralement à des pelotes fécales, mais dont l'origine peut aussi être liée à la dégradation de tapis algaires, à la micritisation de grains carbonatés ou à l'activité microbienne.

Pellodite (WOODWORTH, 1912): équivalent lithifié de varves glaciaires mêlées de graviers libérés par la fonte des glaces flottantes.

Pelmicrite

Pelsparite

Pentélique: marbre blanc utilisé pour la construction des monuments de l'Acropole et d'autres édifices athéniens. Exploité sur le Mont Pentélikon (Act.: Pendeli), au N.E. d'Athènes.

Petit granit: calcaire crinoïdique à gros grains du Tournaisien supérieur, exploité comme pierre de taille sous les noms de Petit granite, Granite belge, Pierre des Ecaussines, P. de Soignies.

Pépérite: formations pyroclastiques sous-lacustres de l'Oligocène de la Limagne (Auvergne). Il s'agit d'un mélange de granules vitreux arrondis et de vase calcaire formant liant.

Pergélisol

Périglaciaire: On appelle périglaciaire une région où le gel joue un rôle important une grande partie de l'année, mais en restant discontinu et sans qu'une couche de glace recouvre le sol en permanence. En d'autres termes, le couple gel-dégel y constitue un processus important et non occasionnel comme c'est le cas dans les régions tempérées. L'action du gel-dégel sur les roches (cryoclastie) aboutit à un débitage en gros morceaux (roches macrogélives, type basalte) ou en petits morceaux (roches microgélives, type craie). Sur les sols, l'action du gel produit un gonflement et une destruction de la structure, tandis que le dégel provoque une saturation en eau, responsable de phénomènes de solifluxion. On appelle "permafrost" ou "pergélisol" ou encore "merzlota" (mot russe) un sol gelé en permanence. En été, la partie supérieure du sol subit le dégel et est appelée "mollisol", très imbibé d'eau suite à l'imperméabilité générée par la présence du permafrost. Le modelé des paysages périglaciaires comprend:

A: buttes gazonnées; B: sol polygonal, sud de l'Islande.

Permafrost

+Pholérite (de fol is = écaille ; A. GUILLEMIN, 1825): nom employé pour désigner des minéraux de la famille de la kaolinite (C.S. ROSS & P.F. KERR, 1931).

Phosphorite: terme imprécis qui désigne, en français, soit un minéral, la collophanite, soit plus généralement les concrétions phosphatées que l'on trouve disséminées dans diverses roches qualifiées de roches phosphatées. Ces concrétions phosphatées sont de différents types: grains ou pellets de collophanite de petites tailles - nodules de plus grandes tailles (ex : les coquins) - fossiles entiers ou débris de fossiles, complètement épigénisés en collophanite - coprolithes. Aux Etats-Unis, le terme phosphorite est synonyme de roche phosphatée.

Phtanites (R.J. HAUY, 1801): roche siliceuse, cryptocristalline, compacte, de couleur noir mat, affleurant en lits minces, découpés par des joints transverses favorisant un débit en petits blocs parallélépipédiques. Contrairement aux concrétions siliceuses, les phtanites ne sont pas riches en radiolaires ou en spicules d'éponge, comme les phtanites de l'Assise de Chokier du Westphalien inférieur (Namurien) de Belgique.

Phyllade (fullon = feuille, J.F. d'AUBUISSON de VOISINS, 1819): schistes finement cristallins (quartz, séricite, chlorite) se débitant en minces plaquettes luisantes; les phyllades sont affectés par un clivage de flux, impliquant une recristallisation des minéraux perpendiculairement à la direction de contrainte principale ; syn.: ardoise, phyllite (Angl.).

Pingo

Piperno: brèche volcanique récente, tendre, gris clair, constituée de fragments de trachyte projetés et retombés en mer.

Pisolithe: ooïde de taille supérieure à 2 mm. Il s'agit souvent de corpuscules d'origine pédogénétique.

Plane parallèle (lamination): dans ce type de structure sédimentaire, la lamination est l'expression de différences granulométriques ou minéralogiques. Les laminations planes sont engendrées par les allées et venues des vagues ("wash and backwash") dans les environnements de plages exposés. L'arrivée d'une vague s'accompagne d'un apport sédimentaire qui se dépose lors de son retrait sous forme de lamination à granoclassement inverse. D'autres phénomènes sont générateurs de stratification plane dans les sables, citons:

Plage: zone du littoral comprise entre les niveaux de la haute et de la basse mer (syn.: estran, zone intertidale).

Playa

Point bar: corps sédimentaire généré par le dépôt de matériaux sur la rive convexe d'un chenal (zone où la vitesse du courant est la plus faible). (Franç.: lobe de méandre). En coupe, les point bars montrent des stratifications obliques sigmoïdales.

Poix (Angl.: pitch): syn.: asphalte, bitume, brai (du lac Brea = Pitch lake à l'île de Trinidad).

Poljé: plaines karstiques endoréiques où s'observent des reliefs résiduels ou mogotes.

Polygonaux (sols)

Porcelanite: roche sédimentaire siliceuse, légère, poreuse et mate ayant l'aspect de la porcelaine non vernie. Elle est constituée principalement d'opale-CT.

Portor: marbre noir sillonné de veines jaunes de sidérite. Exploité en Italie.

Pression-dissolution: c'est un processus diagénétique de dissolution suite à une augmentation de la pression aux points de contact entre les grains. C'est ce processus qui est responsable du développement de structures comme les stylolithes (dans les calcaires purs) et de "joints de pression-dissolution" dans les calcaires plus riches en insolubles (par concentration d'insolubles le long de la surface de dissolution préférentielle).

Protoquartzite (KRYNINE, 1952 ; PETTIJOHN, 1954): grès lithique comportant de 5 à 25 % de débris de roches.

Psammite (de yammos = sable, A. BRONGNIART, 1813): internationalement, les psammites représentent les roches détritiques meubles ou indurées dont les grains sont compris entre 2 mm et 62 µm (Ech. de WENTWORTH /USA, 1922 ; DIN 4188/RFA, 1957) ou entre 2 mm et 20 µm (Ech. d'ATTERBERG in NIGGLI, 1948). Les psammites désignent donc l'ensemble des sables et des grès. - En Belgique, le mot est employé dans des sens très particuliers: 1) les psammites du Condroz (Famennien) sont des grès à grain fin dont les joints de stratification sont chargés de paillettes de micas, ce qui confère à la roche une certaine fissilité (cf : flagstone); 2) pour les géologues du Houiller, les psammites sont des grès micacés; 3) en 1953, P. MICHOT a introduit, à la fois, le préfixe psammo- pour désigner les roches détritiques dont la granularité est comprise entre 250 et 60 µm, et le mot PSAMMITE pour dénommer les roches présentant une structure d'agrégat particulière : la structure réticulée. Les psammites du Condroz qui ont servi de modèle à cette nomenclature sont, en quelque sorte, des " psammo-psammites ".

Psammoschiste, psammophyllade (P. MICHOT, 1953): grès à grain fin à structure empâtée (= wacke, au sens de DOTT, 1964) à matrice argileuse ou sériciteuse (structure orientée).

Pseudonodules

Pseudoconglomérat: Ces structures se développent dans des alternances de boue argilo-silteuse ou marneuse et de boue carbonatée soumises à la compaction et à des injections de fluides. Si la boue carbonatée est partiellement lithifiée, ces déformations produiront une rupture de la couche carbonatée avec formation de galets intraformationnels. On distingue ces pseudoconglomérats des conglomérats "vrais" par l'orientation souvent verticale des galets (1) (suite à l'injection de fluides) et le passage latéral et vertical à des couches non perturbées (2).

Pseudospar

Pyroclastique (roche): ces roches sont le résultat de la lithification des tephra. Le terme "tephra" est synonyme de dépôt volcanoclastique, c'est-à-dire d'accumulation de matériaux éjectés par une éruption.


Q

Quartzite: terme ambigu pouvant signifier: a) grès à structure quartzitique = grès-quartzite (L. CAYEUX, 1929) = quartzite (P. MICHOT, 1953); b) grès métamorphique recristallisé sous tension = métaquartzite; c) grès-quartzite exclusivement composé de grains de quartz et de chert = orthoquartzite (P. D. KRYNINE, 1948).

Quartzophyllade (A. DUMONT, 1847): roche présentant une alternance de minces lits de quartzite et de phyllade.


R

+Rabot: terme de mineur désignant, dans le Bassin de Mons, des silex énormes, irréguliers, formant des bancs plus ou moins continus à la base de la Craie de Maisières (Turonien supérieur).

Radiaxial (ciment, BATHURST, 1959): type de calcite fibreuse secondaire (résultant de l'évolution diagénétique d'un ciment primaire): Il s'agit de fibres, d'une longueur de l'ordre du mm pour une largeur de 10 à 100 µm. Ces fibres sont organisées en gerbes, avec des jonctions intercristallines souvent légèrement irrégulières. Chaque fibre présente en lumière polarisée une extinction onduleuse avec convergence des axes optiques en direction du sommet du cristal. Les clivages sont concaves ou convexes par rapport au substrat.

Randanite (de Randan, Auvergne; SALVETAT): diatomite.

Rateau (figure en): figure sédimentaire assez fréquente en milieu littoral, produite par l'interférence de plusieurs trains de rides (de vagues ou de courant) d'orientation différente.

Figures en rateau en Baie de Somme (France).

Rauhwacke: terme allemand désignant les cargneules. Syn.: rauchwacke.

Recristallisation: processus diagénétique qui implique un changement de cristallinité de la phase préexistante, sans modification chimique. Exemples: augmentation de la taille moyenne des cristaux par coalescence dans une masse déjà cristallisée; "inversion" de l'aragonite en calcite.

Reg: en milieu désertique, lorsque le sol comporte des matériaux de taille variée (sols alluviaux, par exemple), la déflation éolienne élimine la fraction la plus fine, laissant sur place un désert pavé de cailloux: le reg.

A: surface désertique ayant subi la déflation éolienne, responsable de la concentration des éléments les plus grossiers (reg); B: détail. Hmar Laghdad, Anti-Atlas, Maroc.

Remplacement: processus diagénétique impliquant, non seulement un changement de cristallinité, mais également un changement chimique d'un substrat préexistant. La dolomitisation dite secondaire en est un exemple fréquent, comme la silicification.

Rhizolithes: structures pédogénétiques liées à la présence de racines de végétaux. D'une manière générale, ces structures comprennent un vide (occupé à l'origine par les tissus végétaux), de forme souvent fourchue avec extrémités coniques, éventuellement empli par des sédiments postérieurs et un manchon ou enveloppe, constituée de micrite ou microsparite.

Rhizolithe (flèche) dans un sol, Villeveyrac, Crétacé.

Ria: les rias sont les parties terminales d’anciennes vallées fluviales envahies par la mer à la suite du relèvement du niveau des océans.

Rides: ce sont des formes de dépôt ("bedforms") essentiellement développées en contexte sableux. Les rides (angl.: "ripples") sont très communes sur les surfaces des bancs. La migration latérales des rides donne naissance à différents types de stratifications obliques ou entrecroisées. Deux grands types de rides (échelle du mm-cm en coupe transversale) se distinguent: les rides de vagues et les rides de courant. Les premières sont formées par l'action des vagues sur un sédiment non cohérent, en général dans la gamme des sables fins. Leur coupe transversale est typiquement symétrique. Les secondes sont générées par l'action de courants unidirectionnels. L'asymétrie qui les caractérise permet donc de déduire le sens du courant: pente forte en aval, pente faible en amont. Sur la base de la forme en plan des rides, on parlera de rides à crêtes rectilignes, à crêtes sinueuse, ou linguoïdes.

Stratifications entrecroisées formées par des rides de courant (A) et de vagues (B).

Rill marks: ce sont des figures d'érosion dendritiques mm-cm formées par un système de "micro-rivières" lors du retrait des eaux sur les plages ou lors de phénomènes de ruissellement subaérien sur des sédiments fins. La divergence des ramifications se fait vers l'aval (=dans le sens du ruissellement). (Franç.: marques de ruissellement ).

Rill marks sur la plage Saint-Michel, Erquy, Bretagne. La flèche indique le sens du courant.

Ripples: cf. rides.

Rouge des Flandres: un des noms donnés au "marbre" rouge exploité dans les calcaires du Membre de Petit-Mont (Frasnien) de la région méridionale du Synclinorium de Dinant.

Rudstone

Ruissellement (marques de)


S

Sables mouvants = sables boulants (wallon) = lise: ce sont des vases présentant des propriétés thixotropiques liées à la présence d'une phase argileuse dans le sédiment. Gorgée d'eau, la lise peut conserver une certaine rigidité au-delà de la limite de liquidité, mais il suffit d'un choc ou d'un ébranlement pour que la masse vaseuse devienne immédiatement liquide (GB : Quicksand).

Sables verts: sables à glauconie. Syn.: greensands.

Sandur

Sarrancolin: marbre gris, veiné de rose et de jaune, parfois bréchiforme, exploité à Sarrancolin dans les Hautes-Pyrénées.

Schalstein: brèche de pillows ou hyaloclastites associées à des pillow lava dans le Dévonien de la vallée de la Lahn (Allemagne). 

Schiste: ce sont des roches cohérentes à grain fin de la série pélitique se débitant en feuillets plus ou moins grossiers. On oppose habituellement les schistes argileux (shale des auteurs anglais) présentant un débitage grossier parallèlement à la stratification, aux schistes proprement dits qui correspondent aux slates (angl.) et qui montrent un clivage de fracture oblique à la stratification.

Schistes ardoisiers: voir phyllades (roches métamorphiques).

Schistes carton : schiste bitumeux d'âge toarcien de la Lorraine belge (appartenant à la Formation de Grandcourt) et du département de la Lozère (F.).

Scour marks: ce sont des figures d'affouillement présentes à la face supérieure des bancs ou à l'intérieur de ceux-ci. En plan, les scour marks sont allongés suivant la direction des courants. Typiquement, ces figures tronquent la lamination du sédiment sous-jacent. Ces cicatrices d'érosion sont habituellement irrégulières, avec un certain relief, mais peuvent être lissées par les courants.

Scour marks, Baie du Mont Saint-Michel.

Septaria (du lat.: septum = cloison): concrétions calcaires de forme arrondie (boules ou miches dont le grand diamètre peut varier de 8 à 100 cm) que l'on trouve dans certaines formations (Ex. : Argile oligocène de Boom). Les septarias sont divisés, plus ou moins régulièrement, par des fissures radiales à remplissage de calcite. Ils peuvent être creux et comporter une cavité centrale tapissée de fins cristaux de calcite, pyrite, etc…

Serpulite: calcaire récifal constitué en grande partie de tubes d'annélides.

Shoreface

Shungite (INOSTRANTZEFF, 1880): matière carbonée dure, amorphe et noire, contenant plus de 98 % de carbone, intercalée dans les schistes précambriens de la vallée de Chounga (Lac Onega).

Sidérolithique: formation continentale d'âge éocène représentant des dépôts résiduels de faciès terra rossa, conservés dans des fentes et dépressions des plateaux calcaires mésozoïques de France. Ces dépôts sont constitués d'argile rouge (parfois appelée bol) mêlée de sable et de concrétions ferrugineuses, parfois pisolithiques (Bohnerz).

Sif

Silcrete terme utilisé pour désigner des silicifications pédogénétiques formant des cuirasses.

Silex: concrétion siliceuse (calcédoine et microquartz) en forme de rognons irréguliers (de quelques cm à quelques dm), disposés en lits dans les craies. La matière est fine, compacte, la cassure conchoïdale, donnant des arêtes tranchantes. La couleur est très variable : noir, gris, beige, brun , blanc,… Les contours des rognons sont arrondis, bien marqués, de sorte qu'il se détachent aisément de la craie. Une mince croûte blanche et rugueuse entoure le silex: on la qualifie de cortex ou de tunique; elle ne doit pas être confondue avec une autre croûte blanche, appelée patine, dont s'entourent les silex longtemps exposés à l'air et que l'on identifie habituellement à du cacholong. Angl.: flint.

Silex molaire: meulière.

Silex pyromaque = pierre à fusil = Feuerstein = Gun flint.

Silexite: terme ambigu désignant à la fois les cherts faisant corps avec la roche calcaire qui les contient. (L. CAYEUX, 1929) et des roches ignées essentiellement constituées de quartz (MILLER, 1919).

Slump: le terme général slump désigne des masses de sédiment qui ont glissé, sous l'action de la gravité, le long de surfaces de cisaillement en préservant en partie leur structure interne. Un matériau déjà cohérent sera fragmenté et le transport générera des structures chaotiques, voire bréchiques; un matériel plus plastique donnera naissance à des plis et replis. Les slumps peuvent s'observer à différentes échelles et atteindre des dimensions hectométriques. Ils sont habituellement limités à leur base et à leur sommet par des couches non dérangées, ce qui permet leur distinction des structures d'origine tectonique (à ceci s'ajoute la dispersion des axes de plis). La genèse des slumps est à rechercher dans des instabilités (pente forte, chocs) affectant des sédiments déposés rapidement, à forte pression hydrostatique interparticulaire.

Deux exemples de slumps. A: à échelle pluri-métrique et en section (calcaire frasnien du Membre de Petit-Mont, à Beauchâteau) et B: à échelle centimétrique et en surface (phyllade à coticule de la Formation d'Ottré, Massif de Stavelot).

Sparagmite (BLAAS, 1898): terme désignant une formation éocambrienne de Scandinavie, comportant principalement des ackoses grossières.

Spastoolithe (RASTALL & HEMINGWAY, 1941): oolithe déformée.

Speleothems: nom générique regroupant toutes les formes de concrétionnement de l'endokarst comme les stalactites (caractérisées par un canal central où circule l'eau), les stalagmites (pleines), les draperies, les gours, etc.

Spergénite (de Spergen Hill, Indiana ; PETTIJOHN, 1949): calcarénite comportant des débris de fossiles, des Endothyra et des oolithes, pauvre en quartz. Roche commercialisée aux USA sous les noms de Calcaire de Bedford ou Oolithe de l'Indiana.

Sphéroïdes

Sphérosidérite: concrétion en forme de nodule, composée de sidérite et d'argile, que l'on trouve communément dans les shales du Silésien.

Sphérulite: ooïde dont le cortex montre une structure radiaire (vraisemblablement suite à la recristallisation du cortex à lamination concentrique d'une oolithe).

Spiculite: roche siliceuse constituée par l'accumulation de spicules d'éponges. Elle se distingue de la spongolithe par une teneur plus faible en détritiques.

Stratification entrecroisée

Stratification oblique

Strié (sol)

Stromatolithe: constructions carbonatées algo-microbiennes, d'eau douce ou d'eau marine. L'induration de ces bioconstructions est principalement liée au piégeage de particules calcaires par les tapis microbiens.

Stromatolithes du Lac Thetis, Australie.

Stromatactis: Autrefois identifiées comme des organismes (DUPONT, 1881), ces structures centimétriques à métriques sont encore fort énigmatiques. Elles s'observent en général dans des monticules récifaux, où une boue à consistence gélatineuse permet une certaine permanence des cavités. Au cours du temps, les cavités primaires du sédiment (dues souvent à des éponges), évoluent par collapse d'une partie de leur "toit" et sédimentation interne sur leur "plancher". Une précipitation de ciment fibreux précoce fige ensuite l'ensemble et donne naissance aux stromatactis, caractérisés par un plancher horizontal (c'est un bon géopète) et un sommet très digité. Les stromatactis forment souvent un réseau interconnecté dans la base des monticules récifaux.

Stromatactis. A: calcaire à nombreux stromatactis à la base d'un monticule récifal (carrière des Wayons, Membre du Petit-Mont, Frasnien, Merlemont); B: détail d'un stromatactis plus complexe; base du monticule des Bulants, Membre du Petit-Mont, Frasnien, Neuville. C: schéma des éléments essentiels d'un stromatactis: (1): boue à consistence de gel; (2): sédiment interne, souvent laminaire; (3): ciment fibreux précoce; (4): ciment équigranulaire tardif.

Stylolite (F. KLODEN, 1828): joint irrégulier en forme de suture que l'on observe le plus fréquemment dans les roches calcaires et qui est généralement indépendant des plans de stratification. Les masses rocheuses, de part et d'autre du joint, sont intimement imbriquées l'une dans l'autre suivant une série d'indentations irrégulières qui rappellent les tenons et les mortaises. Le joint stylolitique est normalement souligné par une matière insoluble (argile, chlorite) qui témoigne de phénomènes de dissolution au sein de la masse calcaire.

Stylolithe mettant en contact deux faciès différents (rudstone à coraux et crinoïdes en haut et mudstone en bas). Les flèches indiquent des coraux partiellement dissous au niveau du stylolithe.

Subgraywacke: terme ambigu introduit par PETTIJOHN (1949) pour désigner un grès à structure empâtée, comportant moins de 10% de feldspath = Quartzwacke ou Wacke quartzeuse) ; redéfini (PETTIJOHN, 1945) comme une arénite lithique c'est-à-dire un grès à structure jointive comportant plus de 25% de débris de roches et de feldspaths.

Supratidale (zone)

Suspended load: partie de la charge sédimentaire d'un écoulement, transportée en suspension. La charge en suspension est surtout constituée d'argile et de silt.

Suspensivore (organisme)


T

Tabular cross bedding

Tangue boue calcaire de teinte grisâtre que l'on exploite le long de la côte bretonne pour amender les terres de culture.

Tempestite: dépôt de courte durée généré par une tempête. La séquence idéale de tempestite se caractérise par les éléments suivants (de bas en haut):

En zone plus distale, les sillons sont de moins en moins marqués et finissent par disparaître vers le large. En ce qui concerne la séquence sédimentaire, elle se réduit latéralement d'abord aux sables à stratification en mamelons, ensuite à des "strates granoclassées" laminaires d'épaisseur centimétrique, enfin à des sphéroïdes. Les sphéroïdes sont des objets ovoïdes cm à dm, déposés en lits, le grand axe dans la stratification. Ils sont souvent laminaires ou présentent des stratifications entrecroisées.

Tephra: synonyme de dépôt volcanoclastique, c'est-à-dire d'accumulation de matériaux éjectés par une éruption

Terra rossa (F. ZIPPE, 1853): terre rouge, krasnozom (russe); sol résiduel, rouge brun, que l'on trouve sur un substratum calcaire, spécialement dans les régions karstiques entourant la Mer Adriatique, plus sporadiquement dans les régions à climat méditerranéen.

Terrasse: les terrasses témoignent d’anciens fonds de vallée abandonnés par l’enfoncement des cours d’eau. Les plus récentes ne sont qu’à quelques mètres au dessus du chenal actuel et peuvent subir l’inondation des grandes crues; les plus anciennes sont à des altitudes relatives plus élevées et subsistent seulement à l’état de lambeaux discontinus sur les marges du lit majeur. Terrasses étagées et terrasses emboîtées: dans le premier cas (A), les chutes du niveau de base provoquent un encaissement successif avec des terrasses de plus en plus jeunes vers le bas; dans le deuxième cas (B): la première chute du niveau de base est très accentuée, provoquant un profond encaissement; par la suite, les chutes du niveau de base ne sont plus aussi fortes et n'entament plus que la terrasse la plus ancienne.

Terre d'infusoires: terre à diatomées.

Terre jaune: loess = djeltozom (russe).

Terre noire: tchernozom (russe).

Tête de chat: concrétion siliceuse de forme tourmentée, bleuâtre ou verdâtre à l'intérieur, à cassure crayeuse, que l'on trouve dans les marnes glauconifères (Fortes toises) du Turonien du Nord du Bassin de Paris.

Thufur

Till: argile glaciaire à blocaux (syn.: boulder clay).

Tillite (A. PENCK, 1906): till induré, lapidifié.

Tilloïde (F. J. PETTIJOHN, 1957): roche ressemblant à une tillite mais formée par un processus autre que l'action glaciaire. Voir : diamictite, mixtite.

Tombolo

Tonstein: roche argileuse compacte, comportant un mélange de kaolinite et d'illite (=+Leverriétite, J. de LAPPARENT, 1934) et formant de minces niveaux repères dans les couches du Westphalien. Ces niveaux correspondraient à des cinérites. Le mot qui signifie "pierre d'argile" désignait primitivement un tuf acide à grain fin du Rotliegendes (Permien). Syn.: gore blanc (bassin houiller de Saint-Etienne, gord = escaille (bassin houiller du Nord).

Tool marks

Tourbe: masse spongieuse, plus ou moins compacte, très légère (ds = 1), formée par l'accumulation sur place de végétaux et de débris de végétaux aisément reconnaissables. Angl.: peat; all.: Torf.

+Tourtia: terme de mineur désignant, dans le Bassin de Mons, des lits de galets ou de conglomérat dans des marnes glauconifères d'âge turonien (T. de Mons, T. de Tournai, T. de Montignies-sur-Roc).

Traction (figures de)

Traversin (structures en)

Travertin (du lat. tibertinus = pierre de Tibur (= Tivoli): fr.: +tuf calcaire; angl.: tufa; all.: Kalksinter, Kalktuff. - dépôt calcaire précipité par des sources chaudes dans les régions volcaniques. Par extension, tout dépôt calcaire continental de précipitation chimique: le départ de CO2 pouvant résulter aussi bien de l'intervention de plantes que de variations de la température ou de la pression.

"Cranière" de Lahage (Lorraine belge); A: vue générale du dépôt; B: production actuelle de travertin.

Tripoli (WALLERIUS, 1747): terre à diatomée exploitée dans la région de Tripoli (Syn.: tripolite). Le terme a été souvent appliqué à des produits siliceux poudreux, provenant de la dissolution de calcaire partiellement siliceux. Ex.: le Tripoli de Tournai.

Trough cross bedding

Tsunamite (GONG, 1988): teme ambigu désignant un dépôt formé par un tsunami. Les phénomènes susceptibles de déclencher un tsunami sont de quatre types: (1) tremblement de terre sous l'océan: un mouvement vertical le long d'une faille déplace toute la colonne d'eau de la valeur du rejet; c'est ce qui s'est produit en décembre 2004 dans l'Océan Indien. Les tsunamis généré par les tremblements de terre se propagent très loin mais l'amplitude des vagues reste relativement faible, à peu près égale au rejet de la faille (jusqu'à 13 m pour le tsunami de 2004: http://www.asiantsunamivideos.com); (2) un glissement de terrain ou une avalanche: dans ce cas, une masse importante de roche ou de sédiment déplace un même volume d'eau. L'amplitude du tsunami est grossièrement proportionnelle à la hauteur de la masse déplacée. Ces phénomènes génèrent des vagues très hautes, mais dont la propagation reste faible (une avalanche de rochers dans la Baie de Lituya en Alaska a généré en 1958 une vague de 500 m de haut); (3) une explosion volcanique: un des exemples les plus célèbres est l'explosion du Santorin en Crête (vers 1500 av. JC). Le tsunami généré par l'explosion a ravagé tous les rivages de Mediterrannée et provoqué la formation d'une maga-turbidite; (4) un impact de météore ou de comète dans l'océan: la hauteur du tsunami est égale à la profondeur de l'océan, dans le cas de météores de diamètre kilométrique et sa propagation est mondiale. Outre la vague générée par le déplacement de la masse d'eau lors de l'impact, d'autres tsunamis secondaires se forment par des processus de rebond lors du remplissage de la cavité transitoire et par des glissements de terrains ou des tremblements de terre.

Une fois généré, le tsunami se déplace, parfois sur des milliers de kilométres, à des vitesses de l'ordre de 600 à 800 km/h. Son amplitude est faible, de l'ordre de quelques dm à quelques m. Comme l'ensemble de la colonne d'eau est affectée, il semble que des sédiments de bassin de la gamme des silts puissent être déplacés. Lorsque le tsunami pénètre sur la plate-forme, sa vitesse diminue par frottement jusqu'à des valeurs de 30 à 60 km/h et sa hauteur augmente. Enfin, lorsqu'il arrive sur la plage, il ralentit jusqau'à une vingtaine de km/h et sa hauteur atteint un maximum. C'est à ce moment que sa force érosive est maximale. Des sillons profonds peuvent être creusés et du matériel venant de l'ensemble de la plate-forme peut être érodé et déposé. Une unité basale est formée, très grossière, comprenant localement des blocs de taille plurimétrique, des organismes de milieu marin ouvert et quelques stratifications indiquant un courant orienté du large vers le continent. Cette unité peut se mettre en place jusqu'à plusieurs km à l'intérieur des terres.

Après le passage de la vague, l'eau qui a envahi le continent commence à se retirer; une partie des sédiments déposés peut être remise en suspension et redéposée, mêlée à des débris venant du continent et avec des stratifications indiquant un courant de retour. Les vitesses de courant atteintes peuvent être très grandes, d'autant que cet écoulement de retour est généralement chenalisé. Lors du calme relatif qui suit , des sédiments plus fins peuvent commencer à s'accumuler, avant le passage éventuel d'une seconde vague, puisque la fréquence des tsunamis est de l'ordre de plusieurs dizaines de minutes, voire d'une heure. Comme dans le cas des tempestites, la mise en place de tsunamites amalgamées est donc possible.

En bordure de plate-forme et dans les bassins, le passage d'un grand tsunami peut s'accompagner du déclenchement d'écoulements gravitaires (debris flows et turbidites). Des dépôts de type debris flows peuvent s'observer également sur la plate-forme et même en zone littorale si la mise en suspension de sédiment conduit à la formation d'un écoulement visqueux. 

+Tuffa (de ROUVILLE, 1894): tuf volcanique (ne pas confondre avec le terme anglais tufa qui désigne un tuf calcaire).

Tuf: dans le langage ordinaire, le mot désigne toute roche de porosité élevée et de faible densité, souvent pulvérulente, ce qui est le cas des travertins (ou +tufs calcaires) mais aussi des tufs volcaniques qui résultent de l'agglomération de projections volcaniques (cendres, lapilli). - Dans le langage pétrographique, on réserve le mot tuf aux seuls tufs volcaniques. Angl.: tuff ; all.: Tuff.

Tuffeau: le terme désigne des roches tendres peu cohérentes mais qui ont la propriété de durcir à l'air; les unes sont des craies grossières comme le T. de Touraine (stratotype du Turonien) ou des calcaires grenus, sableux, comme les tuffeaux de Ciply (Montien), de Saint-Symphorien ou de Maestricht (Maestrichtien); les autres sont des grès opalifères et glauconifères (gaizes) comme les tuffeaux du Landénien.

Tuffite (O. MUGGE, 1893): roche détritique associant du matériau volcanique (pyroclastique) à du matériau sédimentaire.

Turbidite: roche sédimentaire, meuble ou indurée, déposée par un courant de turbidité (P. H. KUENEN, 1950) et caractérisée par un grano-classement des particules sédimentaires et par une séquence de lits se répétant, idéalement, dans l'ordre suivant: de haut en bas: boue de décantation finement litée/lit silto-sableux finement lité/sable à microlitage oblique/sable à fin litage plan/sable homogène à base plus grossière (Séquence de BOUMA, 1962).

Turquin: marbre bleu veiné de blanc, exploité en Italie.


V

Vagues (rides de)

Vallée aveugle: forme karstique: vallée sèche fermée dans la partie inférieure par un verrou calcaire que l’eau traverse par une perte.

Vallée sèche: forme karstique: ancienne vallée creusée au cours de la période post glacière (beaucoup d’eau de fonte coulant sur sol gelé). Par la suite, la rivière s'écoule souterrainement dans le réseau de fissure. Elle reprend de l’activité lors de fortes précipitation.

Volcans de boue ou de sable: ce sont des structures coniques cm à métriques, présentant souvent une petite dépression centrale et des flancs garnis de lobes de sable en position radiale. Une section verticale dans ces structures montre une disposition du sédiment laminaire parallèle aux flancs et un cylindre central (cheminée) sans structure. Cette cheminée peut être reliée à un dyke nourricier sous-jacent. Les volcans de boue et de sable sous souvent accompagnés, dans les couches environnantes, par d'autres types de déformations du sédiment tels slumps, figures de charge, etc. D'un point de vue génétique, ces structures sont la conséquence de l'expulsion de l'eau contenue dans un sédiment sursaturé suite à un dépôt rapide.


W

Wacke: terme allemand très ancien pour désigner une roche. Redéfini par G. FISCHER (1933) pour dénommer une roche sédimentaire dont les grains se répartissent de manière à peu près égale sur plusieurs phases granulométrique, c'est-à-dire un sédiment mal classé. Le terme a été utilisé par DOTT pour désigner les grès comportant une matrice argileuse, c'est-à-dire, pratiquement, les grès à structure empâtée.

Wackestone

Wave ripple strata: stratification entrecroisée générée par le déplacement de rides de vagues.

Wavy bedding: structures sédimentaires engendrées par l'alternance de sédiments fins (argile) et plus grossiers (sable, silt). Les wavy beddings sont des alternances de niveaux continus de boue et de sable. Ces structures sédimentaires se forment dans des environnements littoraux où des périodes de calme alternent avec des périodes où l'action des vagues ou des courants se manifeste.

Wavy bedding dans une alternance grès-shale du Dévonien inférieur de l'Ardenne; noter les figures de charge (b) à la base des niveaux gréseux.


X Y Z

Yardangs: rigoles métriques creusées par le vent lorsque le sol est argileux. C'est une structure de déflation typique des environnements désertiques.

 

 

Frédéric Boulvain & Paul Dumont


COURS EN LIGNE/OUVRAGES:

géologie de terrain

géologie de la Wallonie

excursions

sédimentologie

notes de TP de pétrologie sédimentaire

compléments de pétrologie sédimentaire

processus sédimentaires

une brève histoire de la géologie

Pétrologie sédimentaire | Recherche | Enseignement | Publications | Autre chose...

Homepage Université de Liège: http://www.ulg.ac.be
Homepage Faculté des Sciences: http://www.ulg.ac.be/facsc/
Homepage Géologie: http://www.facsc.ulg.ac.be/cms/c_1468767/fr/accueil-geologie

Responsable du site: fboulvain@ulg.ac.be
Date de dernière mise à jour : 17/1/2017
Pétrologie sédimentaire, B20, Université de Liège, B-4000 Liège